Porte-moulinet et grips, comment les choisir et les installer pour son rodbuilding ?

© Thierry Cendrier

Le porte-moulinet et les grips sont des éléments indispensables en termes d’esthétisme et de confort de pêche. Mais son emplacement ainsi que son choix ne se limite pas au simple look…

Spinning ou casting

Le premier critère à prendre en compte dans le choix de son porte-moulinet est bien évidemment s’il s’agit d’un modèle spinning ou casting. En effet, ils ne sont pas réversibles et n’offrent pas la même prise en main. Dans le cas d’un montage spinning, le moulinet se retrouve sous le blank, alors qu’en casting le moulinet (à tambour tournant) est sur le blank.

Sur le marché, il existe un grand nombre de modèles de porte-moulinet cependant certains tiennent le haut du pavé tant ils ont confortables, légers et offrent une multitude de possibilités en termes de finition. L’IPS de Fuji est certainement l’un des plus vendus, mais le TVS, le DPS, le Skeleton ou encore le tout dernier MVT rapid spin de chez ALPS sont très en vogue pour les porte-moulinets spinning. Pour les modèles casting il s’agit certainement de l’ACSM (Fuji) et du MVT (ALPS) qui sont les plus prisés.

Construction d'une canne en rodbuilding

La puissance du blank

 Si l’esthétisme du porte-moulinet est un critère de choix, tous les modèles ne conviennent pas à toutes les pêches. En effet, s’il est évidemment que sur des blanks à Thon, il faut monter des porte-moulinets spécifiques de gros diamètre, d’autres modèles comme le Skeleton s’adapte très particulièrement à des cannes très légères, du fait de leur poids et de la petite surface de collage.

Construction d'une canne en rodbuilding

Le confort

Un critère très important et qui est purement personnel et subjectif (bien que…) est le confort de prise en main d’un porte-moulinet. Cela dépendra de votre morphologie, mais aussi de la façon dont vous tenez votre canne. Par ailleurs, certains sont munis d’une encoche permettant d’avoir un contact direct avec le blank ce qui sera un grand plus pour des pêches tactiles et optimisera la résonance de votre canne.

Construction d'une canne en rodbuilding

Les grips

Un porte-moulinet est associé à des grips qui existe dans différents matériaux : le liège, l’EVA et le carbone, mais comme la seule limite du rodbuilding est votre imagination vous pouvez très bien en concevoir dans d’autres matériaux… Certains en réalisent en bois, d’autres en résine !

Le carbone peut être brut ou verni, le liège existe avec différents veinages et l’EVA dans une multitude de coloris (à condition de le tourner…). Outre la sensation du matériau lors de la prise en main, il est ici uniquement question d’esthétisme !

Construction d'une canne en rodbuilding

Le montage

Il existe deux façons principales de monter un porte-moulinet et les grips:

  • Soit vous montez une poignée pleine, c’est-à-dire que le grip recouvre l’intégralité du talon de la canne
  • Soit vous choisissez un montage split grip, c’est-à-dire en deux parties (une partie du talon reste visible).

En ce qui concerne le montage split grip, vous pouvez choisir de monter la bague de serrage (le quick lock) vers le scion et laisser le blank à nu. Ce montage, nommé no fore grip, permet d’avoir un contact direct avec le blank. Ou vous pouvez réaliser un montage inversé c’est-à-dire en plaçant le quick lock coté butt et en plaçant un petit grip (le fore grip justement) au-dessus du porte-moulinet.

Construction d'une canne en rodbuilding

La longueur du talon

Le placement du porte-moulinet ne se fait pas au hasard… En effet son emplacement est source de confort, mais se choisit aussi fonction de ce que vous voulez réaliser avec votre canne…

L’unité de placement universelle et individuelle est la longueur de votre avant-bras (en règle général entre 34 et 37 cm). C’est ce qui convient pour la majorité des cannes et des pratiques.

Construction d'une canne en rodbuilding

Cependant vous pouvez choisir de réaliser une poignée plus longue pour mieux équilibrer votre canne, mais aussi pour augmenter le bras de levier pour lancer plus loin ou sur des cannes puissantes pour avoir plus de force pour combattre de gros poissons.

Au contraire, on peut choisir de réduire la longueur du talon sur des cannes très légères pour gagner en maniabilité ou pour des usages particuliers comme la pêche en float tube ou en kayak ou un talon se cognerait partout et vous gênerait dans votre pratique.

Le blank, le porte-moulinet, les grips et les quelques bagues de finitions qui vont avec sont enfin choisis, il ne vous reste plus qu’à vous décider pour votre rampe d’anneaux et déterminer où les ligaturer...

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Rodbuilding

Analyser la géométrie du blank d'une canne à pêche

Les anneaux d'une canne à pêche : faites le bon choix !