Apprenez à pêcher le bar : sachez où les dénicher pour une pêche fructueuse

La réussite d'une sortie de pêche réside dans la conjonction de plusieurs facteurs se résumant à « Où, Quand et Comment ? ». Le premier paramètre, le « Où », est un facteur essentiel à ne pas négliger pour réussir vos sorties, car s'il n'y pas de poissons sur la zone vous ne risquez pas d'en prendre…

Jamais loin du frigo, jamais loin du canapé

Quels que soient votre cible et l'endroit du globe où vous pêchez, les poissons répondent à la même logique de confort que nous : « jamais loin du frigo, jamais loin du canapé ! » Ainsi pour trouver les bars, vous devez chercher des zones abritant une nourriture abondante ou (« et » c'est encore mieux évidemment !) permettant de se reposer et de ne pas gaspiller d'énergie inutilement.

Le courant nourricier

La première source de nourriture à identifier et à exploiter pour trouver les bars est le courant nourricier, c'est-à-dire le courant ou une veine de courant particulière qui apporte la nourriture aux proies du bar ou les proies elles-mêmes. Cette veine d'eau peut transporter la nourriture ou la déposer dans une zone particulière lorsqu'elle ralentit notamment. Les différents maillons de la chaîne alimentaire savent parfaitement où se poster pour trouver la nourriture convoitée. Il convient alors de présenter son leurre dans cette veine d'eau.

Lors d'une marée, cette veine d'eau particulière peut changer en fonction de la hauteur d'eau, du relief du fond et de la puissance des courants, il faudra donc s'adapter et changer son approche ou la zone de pêche.

Les structures sous-marines

Le second apport de nourriture réside dans les différentes structures sous-marines, qu'elles soient naturelles ou artificielles. Ainsi des têtes roches, des concessions ostréicoles ou mytilicoles, des prairies de goémon ou de laminaires, un caillou isolé sur une plage, un tombant... sont autant de structures particulières qui vont créer un milieu propice au développement de micro-organismes, condensant crevettes, crabes, poissons-fourrages. Et constituant ainsi un excellent garde manger pour les prédateurs.

De plus, ces structures offrent d'excellents postes d'affût pour les bars, leur permettant de chasser sans être vus, mais aussi d'excellentes zones de repos permettant de s'abriter du courant.

Les zones de rupture

D'une manière générale, il faut retenir que tout ce qui peut constituer une rupture dans l'environnement marin offre aux prédateurs une possibilité d'affût et éventuellement de repos. Si elle se trouve à proximité d'un frigo, il y a fort à parier que vous y trouviez des bars… Ainsi, les limites de courant/contre-courant, les lisières sable/roche ou sable/algue ou les ruptures de fond comme les tombants sont des zones logiquement prometteuses.

L'oxygène

Le dernier paramètre permettant de localiser les bars est l'oxygène… les zones bien ventilées par le courant par exemple, mais aussi celles battues par la houle sont fortement oxygénées. Ainsi « pêcher l'écume » est souvent une solution évidente quand on ne sait où aller en mer. De plus, l'écume et la houle en limitant la luminosité offrent des conditions favorables de chasse aux prédateurs.

Par ailleurs, les températures d'eau peuvent aussi donner une bonne indication des zones à prospecter, notamment en été. En effet, plus l'eau est froide, plus le taux d'oxygène dissout est important…

Il ne vous reste plus qu'observer le milieu, « lire l'eau » et exploiter quelques outils informatiques, que nous détaillerons prochainement pour déterminer vos futurs spots de pêche !

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : La pêche du bar

Prévoir le vent avec Windguru pour préparer ses sorties de pêche

La pêche du bar en fonction des saisons, adaptez vos spots tout au long de l'année