Pêche du bar, traquez-les en tenant compte de l'heure de la marée

© Thierry Cendrier

La question des marées lorsque l'on pêche en mer et notamment le bar, est un sujet récurrent dans les conversations entre pêcheurs. Les avis sont tout aussi nombreux que variés du fait qu’ils relèvent d’expériences personnelles (plus ou moins vérifiées dans le temps), mais essayons de voir s’il en ressort quelques grandes lignes directrices.

Le fonctionnement des marées

Même si ce n’est pas totalement exact, une marée qu’elle soit montante ou descendante dure environ 6 heures. Pendant ce laps de temps la mer va monter ou descendre d’une certaine hauteur d’eau qui est intimement liée avec le coefficient de marée. C’est ce qu’on appelle le marnage.

Pendant la 1ère et la dernière heure, la hauteur d’eau varie d’1/12 du marnage. Pendant la seconde et la 5ème heure, de 2/12 pour chacune. Et enfin pendant les deux heures centrales de 3/12 pour chacune. Le courant est donc a son apogée pendant la 3ème et 4ème heure de marée.

© Marée.info

La question des coefficients

Les coefficients de marée s’échelonnent de 20 à 120. En dessous de 60 on considère qu’il s’agit de petits coefficients qui sont généralement médiocre pour la pêche du bar.

Au dessus de 90, il s’agit de gros coefficients engendrant donc un marnage important et surtout des courants forts. Le bar est un poisson qui aiment profiter du courant pour chasser, mais les gros coefficients ne sont pas pour autant considérés comme excellents pour les traquer. Pour certains pêcheurs, cela provient du fait qu’ils coïncident avec des phases lunaires défavorables et pour d’autres simplement parce que ces courants forts demandent une maîtrise technique plus importante pour pouvoir pêcher correctement.

Ainsi les coefficients moyens compris entre 60 et 90 sont les plus favorables à la traque du bar.

Évidemment cela demeure des généralités qui souffrent bien des exceptions en fonction du milieu, de la météo et de bons nombres de facteurs.

Le moment de marée idéale

A ce sujet, il existe une croyance selon laquelle, pour prendre des bars du bord, il faut pêcher à marée montante (le flot)… Et bien non ! Le baissant (le jusant) est aussi bon… Ou pas !

En réalité chaque spot est différent et productif à un moment différent de marée en fonction de sa structure et de son orientation par rapport au courant. Que ce soit du bord ou en bateau, il vous faudra déterminer pour chacun de vos coins de pêche le moment idéal.

En effet, au cour de la marée en fonction de la topographie, de l’orientation et de la force du courant, il se créé des veines d’eau particulières, des remous, la mise en activité d’une certaine faune ou encore un passage de poissons correspondant plus ou moins à un circuit. Ainsi un spot peut être totalement vide ou stérile pendant 11h de marée et devenir le lieu de vos plus belles pêches l’heure restante.

Il vous faut donc passer du temps au bord de l’eau, à différents moments de la marée pour déterminer quand pêcher vos zones. Certaines donneront au flot, d’autres au jusant, parfois en milieu de marée ou alors à la fin…

Malgré tout, même si je n’en suis pas convaincu pour ma part, il est admis par un grand nombre de pêcheurs que les deux dernières heures du baissant et les deux premières du montant sont les meilleurs moments, car ils correspondent aux moments où le courant faibli puis reprend, déclenchant ainsi l’activité des bars.

Au baissant du bord, un moment de confort

Lorsque je découvre un coin, j’aime particulièrement pêcher au baissant du bord, notamment en estuaire, car cela me permet de pêcher en toute sécurité sans risquer de me faire surprendre par la marée et surtout parce que cela me permet de découvrir toute la topographie de la zone et donc de déterminer les meilleures endroits pour mes sorties futures. Les couloirs entre les roches, les tâches d’algues... De plus, le baissant oblige les crustacés et petits poissons à quitter l’estran et l'on trouve régulièrement les bars pas loin prêts à les surprendre !

Quid de l’étale

L’étale est le moment charnière entre deux marées, celui où le courant s’inverse. L’absence de courant à cet instant est défavorable pour la pêche du bar, cependant en ayant recours à des pêches légères, il est toujours possible de prendre un poisson… Mais c’est aussi la bonne occasion de pique-niquer et de partager un verre entre amis en attendant le bon moment !

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : La pêche du bar

La pêche du bar en fonction des saisons, adaptez vos spots tout au long de l'année

Découvrez les bons moments pour la pêche du bar