Bar au flotteur, les bons appâts

Pêche au flotteur au crabe © Guillaume Fourrier

Le flotteur permet de présenter un appât en suspension. Terminé les casses intempestives. Reste à trouver le bon appât pour décider le bar à attaquer.

Une faible consommation d'appâts

Les besoins en appâts sont l’un des facteurs positifs de cette technique. Habitués à récolter un fond de seau d'appâts pour pêcher en surfcasting, vous serez surpris de la faible consommation d’esches durant une partie de pêche au flotteur. Pour la pratique de la pêche au flotteur durant plusieurs heures, il suffit par exemple de :

  • quelques crabes récoltés dans les enrochements,
  • une poignet de crevettes prises dans les bâches sur la plage,
  • une dizaine de bouquets récoltés dans un port,
  • quelques petits encornets entiers pêchés en arrière saison,
  • cinq ou six tacauds capturés dans un port,
  • une dizaines d'arénicoles récoltées à la pompe à vers.

Les appats pour le bar au flotteur

Bouquet

Au printemps et en été, les crabes et crevettes sont très prisés par les bars. Les crabes sont alors dans leur phase de mue et un crabe mou autant qu'un bouquet vivant sont des appâts irrésistibles dont les effluves se sentent à grande distance. Tant qu'il n'y a pas de touche, le bouquet ou le crabe mou ne doivent être changés qu'après 6 ou 7 lancers. Cette pêche itinérante permet de tester différents coins de pêche assez rapidement. 

En août les bars commencent à se nourrir de coquillages. C'est le moment de tenter quelques coques sur un hameçon octopus n° 3/0. En septembre lors des premiers coups de vent, les arénicoles et couteaux sont les appâts de saison. D'octobre à décembre, les bars mangent du céphalopode et les vifs restants dans les roches : tacauds, merlans, lieus, gobies...

Blennie

N’hésitez pas à escher un petit encornet entier sur un montage à deux hameçons en tandem, quitte à surprendre votre voisinage de pêche.

La pêche au flotteur peut être pratiquée à la tombée de la nuit, avec un petit vif, un couteau ou un blanc de seiche. Si les touches ne sont pas fréquentes, privilégiez les coefficients croissants entre 60 et 90, et dîtes vous bien qu'un bar qui mord sur un appât blanc en fin de saison pèse rarement moins de 2 kilos. De quoi terminer dignement une saison de pêche !

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...