Voyage de pêche au pays du père Nöel, à la recherche du brochet et de la perche

Si les voyages de pêche sont souvent l'occasion de découvrir des poissons que nous ne connaissons pas chez nous, ils peuvent aussi être l'occasion d'aller simplement explorer d'autres milieux, d'autres cadres de pêche et des biotopes plus riches sur le plan halieutique. C'est ainsi qu'à 3 reprises j'ai découvert la magie des jours éternels en Laponie.

Entre 2009 et 2012, je suis allé 3 étés en Laponie Suédoise pour pêcher des poissons bien de chez nous à savoir le brochet et la perche, mais dans un milieu riche et surtout dans un cadre extraordinaire. Si les touches et les prises sont effectivement nombreuses, l'intérêt de ce voyage est un dépaysement total dans un havre de calme et de sérénité.

Comment se rendre en Laponie

Si la Laponie s'étend sur plusieurs pays, la destination de mes voyages était le camp d'Alban Regnoult, à Gafsele, au nord de la Suède. Il s'agit du Lappland Pro Natur Fishing Lodge.

Pour s'y rendre, il existe plusieurs solutions :

  • Atterrir à l'aéroport de Lycksele ou d'Uméa et il reste alors 1h-1h30 de voiture.
  • Ou, comme je l'ai fait, atterrir à Stockholm et rouler 7h vers le nord pour profiter des superbes paysages et des spots de rêve qui s'offrent à vous tout le long du trajet. L'itinéraire est on ne peut plus simple...C'est toujours tout droit en suivant Uppsala, Sundsvall puis Sollefteä ! Il faut juste ne pas oublier de tourner à gauche avant Asele pour traverser l'Angermanälven, une des plus grandes rivières suédoises.

La route est bordée de sapins et d'eau à perte de vue. Si l'on s'écoutait, nous mettrions une semaine pour arriver. Tous les 10km une anse chargée de roseaux, un amorti de courant derrière une île ou encore un champ de nénuphars sont à portée de lancers... même de la voiture !

Un camp pensé pour les pêcheurs

Après avoir passé un pont surplombant l'Angermanälven (excellent spot à perches au demeurant!),on passe devant une petite anse qui fait office de port et où repose la flottille d'Alban. Des barques en alu avec moteur thermique et électrique pour maîtriser sa dérive et sondeur pour trouver les plateaux herbeux, structures et cassures.

200 mètres plus loin se trouve le camp. Des chalets typiques et quelques ballots de paille blottis dans un écrin de verdure. Tout est pensé pour la pêche et pour votre confort.

Les chalets sont confortables et surtout munis d'un sèche-linge pour les journées pluvieuses et s'il est possible de faire les courses à 20 km de là pour cuisiner sur place, Alban propose la pension complète. Un vaste chalet fait office de restaurant, de bar mais aussi de magasin de pêche où vous trouverez les leurres les plus efficaces et les photos des plus belles prises du camp.

Adossé à votre chalet, un petit ruisseau s'écoule. Vous pourrez y pêcher quelques truites avant le dîner, si jamais les moustiques n'ont pas raison de vous en quelques minutes. Les années ne se ressemblent pas et si parfois certaines anses sont infestées, d'autres années ces insectes bien pénibles se montrent discrets.

Des jours éternels et une nature sauvage

Si, comme moi, vous décidez de discuter longuement avec Alban le premier soir en arrivant, vous vous ferez vite surprendre par l'heure… En plein été, les jours sont éternels et l'on perd rapidement la notion du temps les premières nuits. Mais c'est là l'occasion de pêcher le brochet sous le soleil de minuit. En effet, la pêche de « nuit » est possible est parfois très productive.

Si vous risquez de vous réveiller très tôt la première nuit, vous trouverez rapidement votre rythme habituel.

Ici la nature règne en maître et c'est pour cette raison aussi qu'on retourne chez Alban, un cadre à couper le souffle, des jours éternels avec la possibilité de voir une aurore boréale, des rencontres inattendues : rennes, renards, castors ou encore ours, tout est possible !

Pêche en surface et adrénaline

Gafsele c'est le royaume de la pêche en topwater. Ici les stickbaits, les frogs et les buzzbaits règnent en maître.

On ne va pas chez Alban pour faire une traque exclusive de poutres, bien que l'on pourrait, mais le plaisir est ailleurs !

Ici on vient et on revient, pour voir un sillage se former derrière son stickbait, voir les nénuphars et roseaux s'écarter un à un et sa frog disparaître à ses pieds ou voir un pike engloutir son buzzbait dans une fabuleuse gerbe d'eau.

Les poissons sont en en moyenne des jacks de 60 cm combatifs et spectaculaires à souhait.

Vous pourrez pêcher la rivière, mais aussi de nombreux lacs pour lesquels Alban dispose d'autorisations et de bateaux sur place. Certains plans d'eau sont spécialisés dans la truite pour ceux qui souhaitent varier les plaisirs.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Pêche en Laponie

La pêche de la perche en Laponie suédoise, une quantité de gros poissons phénoménale

La pêche du brochet en Laponie Suédoise, le royaume de la pêche en surface