La pêche du thon rouge au leurre - réglementation et matériel

Depuis peu, il est possible de capturer au leurre de gros thons rouges en Manche. Faisons le tour de la réglementation, du matériel nécessaire et de la technique que j’utilise pour trouver et capturer au leurre ce géant des mers.

Considéré par nombreux pêcheurs comme le plus puissant des poissons de pêche sportive, le thon rouge ou bluefin tuna fait rêver bon nombre d’entre nous. Jusqu’à présent, pour traquer ce poisson, il fallait se rendre à l’étranger souvent vers des destinations lointaines et onéreuses.

Depuis peu, ce géant des mers est de retour dans les eaux françaises de l’atlantique Est et de la Manche qu’il avait désertée depuis 70 ans. Il n’hésite pas à remonter loin vers l’est jusqu’aux pays scandinaves. Il a d’abord commencé par se manifester sur la façade atlantique où de très beaux spécimens ont été capturés au vif. Mais depuis peu, en Manche, il est possible de le capturer au leurre sur chasse.

Ce mode de pêche ou plutôt de traque, procure une adrénaline unique en son genre que je n'avais jusqu’à présent pas rencontré dans la pêche.

Depuis 2 ans, c’est devenu ma pêche de prédilection entre mi-aout et jusqu’à la date de fermeture administrative qui se situe généralement vers le 15 octobre.

Faisons le tour de cette pêche très réglementée, voyons le matériel nécessaire et enfin la technique de pêche et la façon de cibler les zones de pêche.

La réglementation

La pêche de loisir de ce poisson est très encadrée et les contrôles sont fréquents.

Dans un but de préservation et de gestion de la ressource, mais également afin de respecter le quota alloué, la réglementation impose de détenir une autorisation administrative délivrée annuellement par les directions interrégionales de la mer (DIRM).

Deux types d’autorisations sont délivrés :

  • L’autorisation permettant la pratique du « no kill», c’est-à-dire la pêche avec relâche du poisson vivant immédiatement après la capture.
  • L’autorisation permettant de réaliser la capture, la détention à bord et le débarquement de thon rouge.

La demande d’autorisation s’effectue par téléprocédure ou par voie postale. Vous trouverez toutes les informations complémentaires sur le site de la DIRM (voir les liens en pied de l’article).

A noter qu’une seule autorisation est nécessaire par bateau et est valable pour l’ensemble des personnes s’y trouvant.

Le matériel nécessaire

La canne à pêche :

Les poissons rencontrés au large des côtes de la Manche vont de 50 à plus de 250 kilos pour les plus beaux spécimens. Il est évident qu’avant de se lancer aux trousses de ce poisson géant capable de vous embarquer pour des combats violents de plusieurs heures, un matériel spécifique est nécessaire.

Rappelons que celui utilisé ici, pour la technique du leurre, est quelque peu différent de celui utilisé au vif, notamment en ce qui concerne la canne. Dans le cas de la pêche au leurre, elle mesure entre 2,20 m et 2,40 m, avec une réserve de puissance de 100 lbs minimum et capable de lancer des leurres de 70 à 150 grammes.

Pour ma part, j’utilise une canne de chez Rodhouse, la Rainshadow RTP 80 H de 2,40 m et 100 lbs de puissance. Sa longueur permet d’avoir une distance de lancer élevée. Au combat son action mod-fast a tendance à fatiguer le poisson sans trop user le pêcheur.

Pêche du thon au leurre

Le moulinet :

Celui-ci devra être bien sûr résistant, adapté au milieu marin, de préférence avec un frein carbone, fournir une bonne récupération (supérieur à 1 mètre par tour de manivelle), mais surtout capable de prendre au minimum 300 m de tresse de 120 à 150 lbs.

Un frein de qualité est une priorité également afin d’en assurer le réglage optimal faute de quoi vous risquez de casser dès le premier rush du poisson.

Les prix des moulinets vont du simple au triple avec la rolls qui est sans aucun doute le Shimano Stella SW (taille 20000 pour la pêche aux leurres) qui a fait ses preuves aux 4 coins du monde sur de nombreux poissons exotiques. En revanche son prix de plus de 1 000 € pour le dernier modèle sorti cette année reste un frein.

J’ai opté pour le Shimano Saragosa 20000 SW. Moulinet très robuste qui équipe de nombreux guides en pêche exotique et qui m’apporte entière satisfaction. Voilà 2 saisons que je l’utilise avec 20 à 25 poissons à son actif et jusqu’à présent je n’ai rien à signaler de négatif à son sujet. Dans la même gamme de prix, légèrement en dessous à mon gout en termes de fluidité, mais avec une robustesse légendaire vous avez le Penn Slammer III.

Pêche-du-thon-au-leurre

Les leurres :

Les leurres utilisés sont essentiellement des poppers et quelques stickbaits ou leurres souples. La grande chance en Bretagne Nord c’est que les thons sont extrêmement réactifs aux leurres de surface.

Le choix des leurres est vaste et j’en ai essayé plusieurs. Pour ceux de surface, je reste fidèle aux mêmes poppers que j’utilise pour traquer le bar, mais en taille supérieure.

Pêche du thon au leurre

Le feed popper de Tackle House est très efficace et les thons en sont friands. Toutes mes captures de 2019 en surface se sont faites avec ce leurre. Ici le modèle 175 et 150 mm.

Lorsque les poissons ne sont pas réactifs en surface, il est intéressant de prospecter la couche d’eau en utilisant des stickbaits ou du leurre souple. Voici ma sélection :

Pêche du thon au leurre

Le Britt de Tackle House dans sa version sinking est un stickbait qui se lance extrêmement bien et est très efficace.Ici en 3 tailles 120/145/170mm.

Pêche du thon au leurre

Les têtes X-strong de Fiiish permettent d’armer Black Minnow et Crazy 220 qui nous ont apporté de très bons résultats la saison passée les jours où les thons rouges n’étaient pas actifs en surface avec une pêche en linéaire très proche de la surface.

Tresse et shock leader :

Comme dans toutes les pêches au leurre, le choix de la tresse à son importance. Encore plus ici, elle devra associer résistance et glisse optimale pour gagner en distance de lancer. Les modèles en 8 ou 12 brins s’y prêtent parfaitement.

Personnellement j’ai opté pour la Daiwa Morethan en 12 brins pour 100 lbs de résistance et la Varivas SMP en 150 lbs. J’embarque toujours une bobine supplémentaire lors de mes sorties pour parer à tout problème nécessitant le remplacement immédiat.

Le shock leader que j’utilise est du Varivas en 170 ou 200 lbs et lors des journées difficiles j’utilise du 150 ou 130 lbs. La résistance élevée permet de mieux maitriser le poisson lorsque celui-ci arrive au bateau et d’éviter une possible casse sur un dernier rush.

Hameçons :

Des hameçons de qualité sont évidemment nécessaires afin qu’ils ne s’ouvrent pas au premier rush. J’ai fait plusieurs essais pour armer mes leurres (2 hameçons simples, 2 assist hooks, un triple et un assist hook). J’ai fini par utiliser en permanence l’association assist hooks en hameçon de queue et un triple en ventral. Ne jamais mettre 2 triples, le risque de blessure pour le poisson est trop élevé.

J’ai constaté beaucoup moins de décrocher depuis que je suis passé en assist hook pour l’hameçon caudale.

Pêche du thon au leurre

Hameçon triple BKK en 5/0 – assist hooks Shout en 8/0 et hameçon Owner simple en 7/0.

Baudrier :

L’utilisation d’un baudrier est discutable. Indispensable pour certain, gênant pour d’autre, chacun se fera sa propre idée. Personnellement je ne suis pas à l’aise avec et j’ai donc opté pour un baudrier cush it en mousse comme celui-ci qui permet de maintenir fermement la canne entre ses cuisses lors des combats sans se faire mal.

Pêche du thon au leurre

Le fish grip :

Un fish grip à la taille des poissons visés est quasiment indispensable afin de maitriser le poisson au bateau, de le décrocher sereinement et de le maintenir dans l’eau, moteur embrayé afin de le faire récupérer avant de lui rendre sa liberté.

Pêche du thon au leurre

Il est important de ne jamais sortir de l’eau un thon de l’eau, sauf si vous le conservez.

Évidement tout ce matériel représente un coût conséquent. Pour diminuer celui-ci, je vous conseille de mutualiser les achats. Il est inutile d’avoir 2 baudriers ou 2 fish grips à bord du même bateau.

En plus du matériel présenté ici, prévoyez une bonne pince à anneaux brisés.

Dans un prochain article, nous verrons comment cibler les zones de pêches ainsi que la technique de pêche et de relâche de ce poisson hors du commun.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : La pêche du thon rouge au leurre en Manche

La pêche du thon rouge au leurre, comment assurer le no kill dans de bonnes conditions ?

La pêche du thon rouge au leurre : comment trouver et aborder les chasses ?