Pêche hivernale, à la recherche des lieus jaunes

© Benjamin Le Provost

En raison de la météo, les sorties hivernales sont peu nombreuses. C’est pourquoi, dès qu’un créneau se présente, j’en profite pour aller au large de la pointe bretonne traquer les gros lieux jaunes qui sont actifs à cette période de l’année. Récit de ma dernière sortie de l’année 2019 avec comme objectif la prospection d’une nouvelle zone.

En mode découverte pour la dernière

Nous sommes fin décembre, à l’approche des fêtes et je sais que cette sortie sera la dernière de 2019. Depuis le début de semaine, je scrute avec attention l’évolution de la météo, car mon objectif pour cette ”dernière” est d’aller au large, sur une zone où je ne me suis encore jamais rendu afin de prospecter et voir ce qui se cache.

Ce que j’affectionne particulièrement, ce n’est pas tant capturer des poissons sur une zone que je maitrise depuis plusieurs années, c’est surtout prospecter et découvrir sans cesse de nouvelles zones. C’est le mot d’ordre de la sortie du jour.

En chasse derrière le lieus jaune

La saison actuelle fait que nous allons cibler essentiellement le lieus jaune. L’hiver est la période propice pour chercher les plus beaux spécimens à condition de bien cibler les zones de pêche. Pour espérer trouver de belles pièces, il est souvent nécessaire de prendre le large afin de trouver des fonds plus importants.

Le rendez-vous est donné à la cale de Brest à 07h00 afin d’arriver sur zone au lever du jour. La mer est belle, pas de vent, un froid glacial, mais un beau soleil et un coefficient de 60 seront les conditions du jour.

Pêche aux lieux jaunes en hiver
Le givre sur le bateau annonce la température du jour. Il fait froid !!!

L’objectif de la journée est dans un premier temps de prospecter des zones entre 15 et 25 m afin de chercher des lieus actifs en cette fin de marée descendante. Puis de se diriger plus au large pour pêcher plus profonds en verticale. Nous alternerons donc des pêches plus légères avec des leurres entre 25 à 50 grammes dans un premier temps et ensuite en fonction du courant sur les zones plus profondes, nous plomberons aux alentours des 150 à 200 grammes.

08h30, nous voilà sur zone

Sur ce premier spot, le sondeur graphique ne met pas longtemps à nous indiquer la présence de poissons actifs. Dès les premières dérives, quelques lieus jaunes montent à bord avant de regagner le fond rapidement. La faible profondeur nous permet de remettre le poisson à l’eau dans de bonnes conditions (no-kill), à savoir que la technique du fizzing est impossible sur cet espèce.

L’étale arrive rapidement et l’activité se calme. C’est le moment choisi pour se réchauffer avec un café bien chaud et les viennoiseries encore tièdes. Nous partageons les avis à bord et optons pour une zone un peu plus profonde à seulement 2-3 milles de notre position actuelle. Là-bas, nous alternerons du leurre souple type Crazy sandeel 220 de chez Fiiish, du shad type Nitro Slim ou Black Minnow.

Comme sur le premier spot, le sondeur révèle rapidement la présence de poisons au fond juste derrière une tête de roche. Nous plaçons le bateau en amont de la tête afin que le courant de 1,5 nœud nous fasse dériver sur le tombant.

Pêche aux lieux jaunes en hiver
Capture d’écran de lieus avec un sondeur Lowrance HDS 12

Les prises s’enchainent et malgré cette belle activité sur zone, nous souhaitons respecter l’objectif du jour qui est avant tout la prospection. C’est pourquoi nous reprenons notre route plus au large sur une zone profonde où l’étude des cartes nous laisse penser qu’il peut y avoir de jolis lieus.

Pêche aux lieux jaunes en hiver
Un doublé avant de faire route sur la dernière zone de la journée !

Nous voilà arrivés après 25 minutes de navigation. Ici la profondeur avoisine les 70 à 80 m. Il nous faut donc adapter le matériel et sortons de gros leurre et jigs plus lourds afin de pouvoir tenir le fond et ainsi pêcher le plus verticalement possible.

Pêche aux lieux jaunes en hiver
Le panel de leurres utilisé qui s’est avéré très efficace.

Notre intuition se confirme rapidement et valide le travail de recherche fait en amont. Les poissons sont présents et actifs, mais semblent difficiles dans un premier temps jusqu’à ce que l’on trouve l’astuce qui consiste à pêcher avec des animations très lentes que ce soit en dandine ou alors en ascenseur. Compte tenu de la profondeur de pêche et de la taille des poissons, nous n’insistons pas trop sur la zone afin de la préserver pour y revenir par la suite.

Pêche aux lieux jaunes en hiver
Le plus beau de la journée : 95 cm sur la toise ! – capturé au Crazy sand eel 220 et une tête plombée de 150 g en ascenseur.
Pêche aux lieux jaunes en hiver
Le sondeur en mode « structure scan » avec le fish reveal nous relève une belle concentration de poissons sur une dune de sable. Il n’est pas étonnant que les touches soient nombreuses.
Pêche aux lieux jaunes en hiver

L’heure tourne, c’est donc ce dernier poisson qui vient clôturer la sortie et également la saison 2019 qui aura été très riche en partage en apprentissage. Il est à présent temps de rentrer à quai. Une grosse heure de navigation nous attend.

Pêche aux lieux jaunes en hiver
Route terre à pleine vitesse pour l’Evinrude G2 HO

Cette sortie était la dernière de 2019. La recherche faite à terre a porté ses fruits puisque nous avons réussi à trouver de très beaux poissons en allant sur une zone inconnue auparavant.

Plus d'articles sur les chaînes :

Finistère
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...