Pêche du bar : faut-il sortir par grandes marées ?

Durant une pêche entre amis, il y a toujours un pêcheur plus heureux que les autres. Ce jour-là, c'était Clément. © Jean-François Leroux

Tous les pêcheurs en mer sont unanimes sur le fait que les très petits coefficients de marée sont rarement payants pour la pêche du bar. Pour ce qui est des grandes marées, quand est-il ?

Avec deux amis, très fins pêcheurs passionnés, nous sommes allés voir si le bar était enfin arrivé du côté de l’île de Houat (56) en ce 20 avril 2019. Le coefficient de 108 allait forcément permettre de forts courants que le bar apprécie particulièrement. Il faut savoir que le bar est un poisson opportuniste et aime se tenir au détour des rochers à attendre que le courant amène de quoi manger sans faire trop d’efforts.

De la détermination dans le regard de Clément.

Des poissons moins actifs

Il faut savoir que les grandes marées coïncident toujours avec les nuits de pleine lune donc les poissons tels que les bars en profitent pour se nourrir en permanence. Ceci ne fait pas l’affaire des pêcheurs de jour car, du coup, les poissons sont moins actifs pour la recherche de nourriture durant la journée et moins intéressés par les proies potentielles que sont les leurres artificiels. Donc, il ne faut pas s’attendre à des miracles durant les périodes de pleine lune.

Toujours aussi combatives, les vieilles ont aussi agrémenté notre journée.

Vent de nordet, cap au troquet

C’est l’expression qu’affectionne un ami qui était guide de pêche à Carantec très longtemps et je dois avouer qu’il a raison. Un vent de Nord/Est est quasiment toujours défavorable à la pêche du bar et ceci s’est encore confirmé lors de notre journée autours de Houat. Mes deux amis, Michel et Clément, sont d’excellents pêcheurs passionnés et, en général, si bar il y a sur zone, ils le trouvent.

Petite pêche mais grand plaisir

Autant le dire, la pêche du jour n’a pas été à la hauteur de nos espoirs au niveau du bar, mais nous étions si bien entre nous avec un soleil radieux et le très beau paysage qu’offrent les îles de Houat et d’Hoëdic en ce début de saison. Des maudites aiguillètes, des vieilles, deux bars et un lieu jaune sont venus faire un passage à bord du semi-rigide de Clément. Seulement un bar et un lieu ont été conservés et dégustés comme il se doit.

Pêcher en début de saison à Houat est aussi un régal pour les yeux.

Avis de spécialiste

Comme tous les pêcheurs passionnés, nous avons toujours tendance à nous interroger lors de parties de pêche non fructueuses et j’ai consulté Yoann Houssais qui connaît très bien la zone. L’homme est un redoutable pêcheur de bars ainsi qu’il l’a démontré lors de ses quatre victoires à la Labrax Cup. "En général, les bars arrivent à la côte ou dans le golfe du Morbihan durant les grandes marées de la fin avril ou, au plus tard, après celle de début mai. Les poissons reviennent des zones de frayères, passent au niveau de Belle-Île, puis de Houat et d’Hoëdic pour enfin venir reprendre des forces le long des côtes. Je ne cherche jamais les bars avant cette période" explique Yoann.

Les bars sont bien arrivés à la cote

En effet, le champion avait raison car de très jolies pêches de bars ont été faites les jours suivants dans la baie entre Piriac et Damgan. Les leurres qui nous ont sauvé la mise, ce jour-là, sont les Fiiish Black Eel et Crazy Sand Eel. Quant à nous, nous avons passé une excellente journée de reprise de la pêche en mer sous le soleil et l’objectif n’est jamais de remplir la glacière.

Plus d'articles sur les chaînes :

Morbihan
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...