Le bar au flotteur, les coins de pêche

Pêche au flotteur depuis les roches © Guillaume Fourrier

Le flotteur permet de prospecter une multitude de coins de pêche, même les plus inaccessibles.

Enrochements, pointes de roche, plateaux rocheux

La pêche au bouchon permet la prospection de postes inexploitables au poser. Sur les zones d’enrochements parsemées de têtes de roches ont régulièrement lieu des chasses de bars sur des poissons-fourrages, et seuls les pêcheurs aux leurres de surface ou peu plongeants osent traquer ces poissons-chasseurs. Sur ces spots de pêche, il sera parfois nécessaire d’utiliser un bas de ligne en nylon fort, comme aux leurres, pour éviter la casse sur un beau poisson qui tente de se réfugier dans les enrochements. Les touches sont plus régulières dans le courant. Sur la plupart des zones que je pêche au flotteur, j’apprécie particulièrement le début du courant montant, en général marée basse + 2h à marée basse + 3h, puis les touches deviennent plus irrégulières. C'est logique, c'est le moment où les mares, roches ou algues garnies d'appâts se recouvrent. Les crabes, crevettes, gobies et autres appâts situés au centre de la zone de marée sont tout naturellement les appâts les plus efficaces dans cette tranche horaire de marée. Les bars sont à l'affût sur ces zones de roches à faible pente et attendent impatiemment ce moment précis, où ils cherchent ces appâts dans très peu d'eau. J’ai réalisé de belles pêches entre 1 et 2 mètres de profondeur. S’il y a des vagues qui claquent sur les cailloux, une épuisette à long manche sera indispensable pour terminer un combat avec un poisson de plus de 2kg.

Digues et jetées

Pêche au flotteur sur digue

Les digues et avancées artificielles sont des zones de pêche fructueuses. Sur les enrochements de jetées ou sur les blocs de protections des digues à basse mer, vous pouvez attraper des poissons à vos pieds ! En fin de saison sur ces postes les gros bars se nourrissent de seiches et encornets. Ces appâts permettent de prendre des bars de belle taille, mais il faut utiliser un flotteur assez gros pour ces esches lourdes. La pêche à haute mer peut être pratiquée sur les digues en réglant la hauteur du flotteur à 3 ou 4 mètres. N’oubliez pas dans ce dernier cas un carrelet (dites balance ou carré) pour remonter les éventuels gros bars !

Zones portuaires

Les zones portuaires sont des postes très appréciés par les pêcheurs méditerranéens. Mes appâts favoris sur ces postes sont les vifs. Une petite vieille, un tacaud, un petit sar, une petite dorade ou une aiguillette… eschés sur un hameçon n°2/0 fin de fer permettent de toucher de très gros poissons dans les ports. Mes meilleurs souvenirs de pêche en méditerranée sont les pêches de nuit au flotteur lumineux. Ces postes ont l’avantage d’être praticables par tout temps et toute marée. Dans la journée, le bruit, l'eau claire, les bateaux qui entrent et sortent rendent les carnassiers méfiants. La nuit, les plus gros loups se prennent bien dans les bassins portuaires, entre novembre et février (attention période de reproduction janvier à mars).

Plages

Pêche sur les plages

Avec un peu d’expérience, il est possible de pêcher les plages au flotteur. Vous n’atteindrez pas les distances obtenues en surfcasting, c’est pourquoi il est important d’avancer dans l’eau pour lancer la ligne. On utilise soit des waders si la mer est calme, soit une combinaison lycra de sport de glisse si la zone est dangereuse (courants, vagues). Les crevettes, bouquets, couteaux, arénicoles et lançons sont les meilleurs appâts sur les plages. Ils sont souvent pris au piège dans le courant autour des bâches (nord) ou baïnes (sud-ouest et Méditerranée). Les esches efficaces sont celles que le bar trouve naturellement sur le lieu de pêche. Intéressez-vous toujours aux baïnes, c'est-à-dire aux trous observés à basse mer, c'est autour que l'on trouve le plus d'informations sur les appâts présents.

Parcs à huîtres

Les amateurs de pêche aux leurres dans les parcs à huîtres et moulières ne seront pas perdus. Avec le même matériel, sur les mêmes postes, aux mêmes heures et mêmes coefficients de marée, ils pourront chercher les bars aux flotteurs, avec des crevettes, bouquets ou crabes. Il faut éviter de lancer la ligne trop loin. Le principe est de s'avancer au maximum dans l'eau à l'aide de waders, qui ont le double rôle de protéger des blessures sur les huîtres et moules et de supporter le froid. Reste ensuite à effectuer un lancer ample, dans la rangée en face de vous, à quelques mètres (20-30m au maximum). Évitez de lancer sur une trajectoire où il y a des obstacles, par exemple en travers des rangées ou vers un fer à béton. Comme aux leurres, il faut absolument brider le poisson, canne haute ! Pensez à régler votre frein avant le lancer. Surtout sur les parcs à huîtres, mieux vaut être prudent et utiliser un bas de ligne en 50/100 minimum, voire plus si cela ne gêne pas les poissons recherchés (si l'eau n'est pas très claire ou si vous pêchez au lever du jour).

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...