Bar aux appâts : pêchez les digues !

Un bar pris depuis une digue © Guillaume Fourrier

Les jetées, digues et autres estacades sont des postes intéressants pour pêcher le bar avec un maximum de sécurité : leurs accès sont généralement aisés et les possibilités des techniques, avec plusieurs cannes, sont multiples.

Les appâts à bar

Les enrochements des ouvrages et des épis sont les refuges d’une multitude de crustacés, de mollusques, d’alevins et de poissonnets venus eux-mêmes se nourrir du biotope des digues.

Une multitude d'appâts vivants habitent les digues et le bar est souvent au sommet de la chaîne alimentaire. À vous donc de trouver le bon appât en fonction de la saison. Par exemple en début de saison, ce sont plutôt les crabes mous ou les lançons et en fin de saison les coquillages blancs, les céphalopodes et les gros vers. N’hésitez pas, lorsque vous pêchez un petit vif sur une néréide ou un jeu de plume, à l'escher sur un hameçon de taille 4/0 ou 5/0 pour le lancer à quelques mètres du bord, au pied d'une jetée. Ainsi se prennent de gros bars !

Les moments favorables

Coucher de soleil

Ne pêchez pas à n’importe quelle heure, surveillez les moments de marée ! Dans certains endroits, si les bars passent au bas de l’eau, dans d’autres, ils chassent à mi-marée montante, à la pleine mer, voire à la marée descendante. À chacun de trouver les moments les plus favorables pour pêcher le bar sur chaque digue et jetée.

Souvent, le moment où le courant s'installe et celui où le courant s'estompe sont les instants clés pour pêcher le bar. Alors, munissez-vous absolument d'un annuaire des marées de votre zone de pêche et testez les différents moments de marée (montant, descendant). On trouve couramment ce type d'annuaire chez les magasins de pêche locaux ou tout simplement sur Internet pour les marées à court terme. Le coucher du soleil couplé avec le début du courant (souvent basse mer + 3 heures) est excellent.

Un carnet de capture permet de noter les heures de marées auxquelles sont capturés les bars et d'établir des statistiques précieuses, qui s'améliorent d'année en année.

Le matériel pour le bar sur les digues

Sur la plupart des ouvrages, les cannes de pêche à soutenir ou de surf-casting, 3 à 4,50 m et d’une puissance de 100 à 250 g, sont parfaitement adaptées à cette pêche. 

Les moulinets, qui doivent être assez robustes, sont garnis de nylon d’un diamètre de 40/100 minimum, jusqu’à 80/100 dans les zones pavées de roches tranchantes abritant de gros bars.

Les montages pour les pêches aux appâts

En général, pour pêcher le bar, le plus employé des montages est le long traînard raccordé au corps de ligne par un émerillon à 3 boucles, dit émerillon pater-noster, avec comme lest un plomb simple ou un caillou qu'on risque fort de perdre sur les fonds accidentés constitués de roche. On peut également tenter le montage classique avec 2 ou 3 hameçons montés en potence, mais il est plutôt réservé aux poissons plats, merlans, petits maigres et autres poissons que l'on pêche au "tout-venant", le bar préférant une unique longue potence.

Ce type de pêche est abordable et il n'est pas besoin d'investir lourd pour pratiquer efficacement sur les digues. Sur les avancées rocheuses en revanche, les accès sont plus difficiles, et il peut être nécessaire de lancer plus loin.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...