La pêche de la truite à la mouche en réservoir

© Jacques Del Arco Aguirre

La pêche en « réservoir » est très pratiquée outre-manche. C'est aussi un type de pêche qui attire chaque année de nombreux passionnés en France. Et contrairement aux idées reçues, c'est une pêche qui peut être assez technique…

Un réservoir est un plan d'eau, souvent artificiel, dans lequel les gestionnaires vont régulièrement déverser des poissons. La pêche se pratique en général en no-kill : les poissons peuvent atteindre de très belles tailles, en fonction du milieu dans lequel ils évoluent… mais peuvent aussi devenir bien éduqués s'ils se sont trop souvent piqués aux leurres des pêcheurs.

Matériel et techniques de pêche pour pêcher à la mouche en réservoir

C'est le plus souvent au streamer que l'on essayera de leurrer les salmonidés de ces plans d'eau. Des cannes de 9 à 10 pieds adaptées pour des soies n°6 à 8 feront très bien l'affaire. Il faut en effet allonger les distances de lancers, pour aller chercher des poissons qui se tiennent parfois en profondeur. La double traction peut ici prouver son utilité. Ne pas négliger toutefois de pêcher les bordures selon les conditions et les saisons.

Le pêcheur devra être équipé de différents types de soies : pour réussir sa pêche, il convient de trouver la profondeur à laquelle se tiennent les poissons. Soies intermédiaires, soies plongeantes de différentes densités pourront être alternées, en vue de comprendre où se situe la pêche le jour J !

Bien sûr, la pêche en surface peut rester efficace : dans ce cas les soies flottantes avec des cannes moins puissantes et des soies n°5 seront de la partie.

Les principales mouches qui garniront vos boîtes, et les animations à essayer au bord de l'eau

Il existe des incontournables à avoir absolument pour toute partie de pêche en réservoir. Bien sûr, comme sur tout plan d'eau, les poissons s'alimentent beaucoup en chironomes. Il faut donc veiller à pouvoir essayer ce type de mouches au bord de l'eau.

Il y a aussi des mouches « spécifiques réservoir », comme les bobbies. Un leurre caractéristique aux yeux en polystyrène, qui flotte lorsqu'il est immobile, à utiliser avec des soies plongeantes. Le bobby peut être associé à d'autres mouches : pour donner vie à cet ensemble, il s'agit par exemple de réaliser des tirées sur la soie qui animent les streamers. Pensez à varier les animations, avec des tirées plus ou moins longues, des stops, ou autres changements de direction. Il existe une autre animation spécifique, le « rolly polly » : canne sous l'aisselle, on se sert des 2 mains pour ramener la soie.

Parmi les autres streamers souvent utilisés par les pêcheurs en réservoir, on pourra citer : woolly bugger, dog-nobbler, zonker, montana, …

Il n'est pas non plus interdit de pêcher en nymphe à vue si les conditions s'y prêtent, voire en noyée lorsque la pluie anime la surface de l'eau, ou quand le vent forme des vaguelettes sur le plan d'eau. Une technique très appréciée par les britanniques sur les lochs maillant leurs îles.

Voici donc une technique de pêche ludique, qui change les habitudes du moucheur ayant l'habitude d'évoluer en rivière… Avec un autre avantage : la plupart des réservoirs sont ouverts en période hivernale, ce qui permet aux mordus de pouvoir pratiquer leur passion tout au long de l'année ! Les réservoirs offrent aussi la possibilité d'initier les plus jeunes à la pêche à la mouche, avec des berges aux accès aménagés, et des chances de captures optimisées.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...