Le moteur électrique et le pêcheur, un duo gagnant

© Fred Brilloux

Un grand nombre de pêcheurs propriétaires d’un bateau s’équipent d’un moteur électrique avant. Très tendance actuellement, écologique et silencieux. Respectueux de l’environnement. Il est adaptable sur pratiquement toutes les barques de pêche de loisirs et devient un allié précieux pour le pêcheur.

Une nouveauté datant de 1881

Nous devons le 1er bateau électrique à un chimiste français, Gustave Trouvé en 1881 avec des batteries au plomb. Quand au 1er moteur hors-bord électrique à propulsion de 50 lb commercialisé, c’était en 1921, tout droit venu  des USA de chez Jewell-electric–motor. Il était destiné aux barques de pêche et de chasse de 5 à 6 m.

Moteur électrique de pêche

Aujourd’hui, un grand nombre de marques sont présentes sur le marché de la propulsion électrique, pour les hors-bord sur le tableau arrière. En revanche, on en retrouve peu qui sont capables de proposer des moteurs de traction (et non de propulsion) qui s’installe à l’étrave.

Moteur électrique de pêche

Nous devons le boom du moteur avant sur le marché aux compétitions américaines dès 1971, notamment lors du Bass Master Classic où la plupart des bateaux en étaient équipés. En Europe, ce n’est que vers les années 1980 que ce type de motorisation a émergé.

Les principales marques de moteur électrique pour la pêche disponibles :

Moteur électrique de pêche

Utilisation du moteur électrique en pêche

En eau douce, il permet :

  • d’approcher les postes en toute discrétion
  • de pêcher en remontant le courant tout en ayant les mains libres
  • de se stabiliser sur un poste sans poser d’ancre sur le fond
  • de pratiquer la pêche en verticale
  • de pêcher sans se préoccuper de la direction de la profondeur et de la vitesse d’avancement.    

En mer, il permet : 

  • de freiner sa dérive
  • d’approcher les parcs ostréicoles et les bouchots  en silence
  • de stabiliser le bateau sur une chasse où sur une épave

Moteur électrique de pêche

S’équiper : les critères de choix

  • Mer ou eau douce : les matériaux ne sont pas les mêmes. Pour la mer, les moteurs sont traités anticorrosion, alors que pour l’eau douce, ils sont composés de parties oxydables spécifiques à l’environnement naturel.
  • Poids et longueur : ils détermineront la puissance nécessaire de 40 à 112 lb et de 12 à 36 V   
  • La hauteur de la proue pour la longueur d’arbre de 80 à 2,20m
  • L’emplacement dont je dispose pour le moteur et la (ou les) batteries
  • Le support amovible ou pas sur une coque rigide ou semi-rigide

Moteur électrique de pêche

Les fabricants proposent aussi de nombreuses options telles la télécommande, la sonde incorporée dans la quille, la connexion au sondeur… Renseignez-vous aussi auprès des distributeurs pour la fixation des moteurs sur votre bateau. Chez Minnkota par exemple, vous trouverez les glissières qui permettent en 2 clics de retirer le moteur. C’est très utile lorsque l’on fait de la route avec le bateau sur la remorque, ou lorsque la mer est trop formée pour son utilisation.

Selon les critères retenus et les options choisies, il faudra prévoir un investissement allant de 400 € à 4500 € juste pour le moteur…

Moteur électrique de pêche

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...