Les accidents de pêche : se méfier de son environnement

Même si la pêche est une activité « calme », des accidents peuvent survenir lors de la pratique de notre passion. Même si le risque zéro n'existe pas, il est cependant possible de les prévenir et de les éviter un maximum. Quoiqu'il arrive, conservez à l'esprit qu'aucun poisson ne vaut une vie !

Au bord de l'eau et dans un espace naturel de surcroît les risques d'accident sont multiples. Il convient alors pour ne pas gâcher sa sortie et les suivantes de faire preuve de prudence et de prendre des précautions pour les éviter. Parfois de simples gestes et un peu d'organisation peuvent vous permettre d'éviter bien des blessures et autres complications.

Les plaies et les traumatismes

La première source de blessures identifiables à la pêche sont les chutes. S'il s'agit régulièrement d'une simple glissade provoquant des égratignures ou plaies superficielles, elles peuvent néanmoins avoir des conséquences plus graves.

En effet, une chute sur un objet contondant telle qu'une branche ou des fils barbelés (parfois présents sur le bord des rivières) peut provoquer des plaies bien plus profondes et plus graves.

De même, sur les rochers ou dans les zones très escarpées (rives abruptes, falaises) les risques d'entorses ou de fractures ne sont pas exclus. Notamment lors de vos évolutions en waders dans l'eau, où la lecture du relief et du substrat est très incertaine.

Ainsi, pour éviter ce type de mésaventures, il est conseillé de progresser avec prudence, de « lire » le terrain avant d'avancer et d'être équipé de chaussures de randonnée ou de waders/bottes avec des semelles crantées.

Piqûres, morsures et maladies

Par ailleurs, lorsqu'on évolue dans les grandes herbes par exemple, il est possible de revenir à la maison avec des tiques ou de tomber nez à nez avec une vipère. La morsure de cette dernière, si elle est rarement mortelle, peut provoquer des douleurs intenses et des complications. En cas de morsure, il est conseillé de mettre la victime au repos (allongé de préférence), de retirer les bagues, bracelets et autres qui pourraient gêner en cas de gonflement et de prévenir les secours (15, 18 ou 112).

Les tiques, quant à elles, vont sauter des herbes jusqu'à vous puis se promener sur votre corps jusqu'à se « visser », notamment dans les différents plis (genoux, aine, etc.) pour aspirer votre sang. La première chose à faire en rentrant, si l'on se rend compte que l'on a une tique est de l'ôter, mais surtout pas en l'arrachant (au risque de laisser la tête dans la morsure), mais en la dévissant vers la gauche à l'aide d'un tire-tique et de bien désinfecter ensuite. La tique est porteuse d'une bactérie (la Borrelia) et peut vous transmettre ainsi la maladie de Lyme qui peut avoir des conséquences articulaires, cutanées et neurologiques. Suite à une morsure, il faut surveiller l'apparition d'une tache rouge autour de celle-ci (un érythème) et ne pas hésiter à aller consulter rapidement.

Afin d'éviter morsures de vipère et de tiques, il est conseillé de porter des vêtements longs (pantalon et t-shirt manches longues) et de privilégier le port des bottes au bord de l'eau.

Les risques liés aux poissons

Il est aussi très courant de se blesser avec les épines dorsales des poissons, avec les ouïes ou les dents. Si cela provoque bien souvent juste une plaie, il faut les désinfecter en rentrant chez soi et surveiller que la plaie ne gonfle pas, qu'elle ne soit pas douloureuse et qu'il n'y ait pas d'apparition de fièvre qui peut être signe d'une infection.

Par ailleurs, certains poissons, comme les vives et les rascasses injectent un venin qui provoque d'intenses douleurs. La bonne façon de les éviter est de savoir les reconnaître pour utiliser les bons gestes lors de leur manipulation et en cas de piqûre de rapprocher un objet chaud (flamme, cigarette, etc.) de la piqûre pour détruire le venin qui est thermolabile.

Cependant, il est aussi possible de contracter une autre maladie qui est la leptospirose suite à une plaie engendrée par un poisson (d'eau douce) ou avec le contact de l'eau infectée avec les muqueuses. Il est alors conseillé de désinfecter toutes plaies et de bien se laver les mains au retour de chaque sortie.

La météo, méfiance du soleil, vent ou orage

La météo est un facteur d'accidents (plus ou moins grave) auquel on doit veiller lors de nos sorties. Si nous pensons naturellement au soleil, il est impératif de protéger ses yeux, sa peau, mais aussi sa tête pour éviter insolation et coups de soleil. La réverbération étant un facteur aggravant et je pense qu'aucun d'entre nous ne peut se vanter de ne jamais être rentré rouge comme une écrevisse de sa belle sortie estivale… À long terme, les risques pour la peau sont importants et cela peut remettre en cause vos prochaines sorties, notamment lors d'un voyage exo !

Il est aussi très important de faire attention à la foudre en cas d'orage. Vous n'êtes pas sans savoir que nos cannes, souvent longues, sont pour la grande majorité faite en carbone et que celui-ci est conducteur de l'électricité. Seul au bord de (ou sur) l'eau avec votre canne, vous êtes un excellent paratonnerre…

Le vent quant à lui, peut se lever parfois de façon brusque, et rendre la navigation et le retour sur la terre ferme compliqué et périlleux. Que vous sortiez en bateau ou en float tube, il est toujours préférable de vérifier les conditions météorologiques avant de sortir et de ne pas prendre de risques inutiles.

Nous verrons dans une seconde partie, les autres accidents qui peuvent survenir lors d'une partie de pêche et les précautions à prendre pour pratiquer notre activité favorite en limitant les risques.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Les accidents de pêche

Comment retirer un hameçon piqué dans la main

Les accidents de pêche : attention à votre matériel !