L'utilisation du spinnerbait nécessite un matériel adéquat. Comment faire le bon choix ?

© Julien Lecouple

Bien choisir son matériel est important. D’une part parce que vous prendrez plus de plaisir au bord de l’eau avec un matériel adapté et d’autre part parce que vous gagnerez en efficacité. Nous allons nous intéresser au travers de cet article au matériel adapté à la pêche au spinnerbait.

Dans un premier temps il est important de préciser qu’il n’est pas forcément nécessaire de dédier un ensemble canne et moulinet à l’utilisation de spinnerbaits. Tout d’abord parce que tout le monde n’a pas les moyens de multiplier les cannes correspondant à chaque technique. Aussi, parce que le spinnerbait fait partie d’une famille de leurres plus large : les leurres dits « vibrations ». Ces leurres ont en commun d’émettre des vibrations fortes et de tirer relativement fort dans la ligne lors de la récupération. Nous pouvons citer les leurres suivants : crankbait, chatterbait, bladebait, lipless crankbait, etc. Donc s’il faut dédier du matériel, c’est à cette famille de leurres, pas au spinnerbait en particulier.

Pour une utilisation non spécifique du spinnerbait il est tout à fait possible d’utiliser indifféremment un ensemble baitcasting ou spinning. Il faudra néanmoins que la canne soit dotée d’une action de pointe relativement souple pour absorber les vibrations, d’une puissance moyenne de 10-30g (permettant de rechercher brochet, perche et black bass) et d’une longueur de 2,10 m environ. A cela pourra être ajouté un moulinet au ratio moyen (75 cm/tm) et nous avons là un ensemble tout à fait polyvalent.

Intéressons-nous maintenant au matériel spécialement développé pour l’utilisation intensive de leurres « vibrations » de tailles classiques. Une nouvelle fois j’opte personnellement pour l’utilisation d’un matériel baitcasting. Outre la réactivité et la rapidité d’exécution que permet ce type de matériel d’autres caractéristiques spécifiques entrent en compte.

Le moulinet

C’est l’effet « treuil » du moulinet casting qui est intéressant dans ce cas. La ligne étant dans l’axe de la bobine, la récupération d’un leurre qui tire fort lors de la récupération n’en sera que facilitée et plus confortable. Pour accentuer l’effet treuil et pouvoir pêcher lentement en linéaire je privilégie un moulinet au faible ratio. Le mien possède un ratio de 6.3:1 pour une récupération de 67 cm/tm (cm par tour de manivelle). Les moulinets spinning à faible ratio sont rares qui plus est…

La canne

Une canne MH d’environ 2,10 m et d’une puissance comprise entre 10 et 40g répondra à la majorité des situations. Si l’on pêche régulièrement de grands espaces, que ce soit du bord ou en bateau on pourra choisir une canne plus longue (jusqu’à 2m40) afin de gagner en distance de lancer. Une autre caractéristique spécifique des cannes prévues pour l’utilisation intensive de leurres « vibrations » est l’intégration d’un certain pourcentage de fibre de verre (5% en général) dans la composition de leur blank en carbone. Ceci apporte de la souplesse à l’action de la canne et permet d’absorber une partie des vibrations émises par le leurre. De plus, les leurres dits « vibrations » sont très souvent employés pour les pêches dites de « réaction ». Il s’agit, de par la grande quantité de vibrations émises, d’une approche incitative qui sollicite fortement les carnassiers au niveau de leurs récepteurs, cela occasionnant des réactions souvent violentes de leur part. Dans ce contexte d’attaques franches et/ou réflexe la canne va jouer le rôle d’un amortisseur lors de l’attaque permettant de limiter les décrochages en début de combat.

La ligne

Les puristes du genre garniront leur moulinet de nylon ou de fluorocarbone. Une fois encore il s’agit de gagner en confort en raison de la plus grande souplesse de ces deux filaments vis-à-vis de la tresse. Personnellement, l’action de la canne que j’utilise a été pensée pour ce type de pêche et pour avoir testé le nylon je trouve le résultat trop « souple ». C’est pourquoi j’utilise un corps de ligne en tresse de 19 centièmes de diamètre. L’ensemble joue parfaitement son rôle d’amortisseur. J’aurais plutôt tendance à associer du nylon à une canne à l’action de pointe trop rapide de façon à récupérer un peu de souplesse mais cela reste une question de point de vue.

Le bas de ligne

Enfin, pour ce qui est du bas de ligne, pour le brochet j’utilise du fluorocarbone entre 75 et 90 centièmes puisque, contrairement aux leurres souples par exemple, l’utilisation de leurres « vibrations » ne nécessite pas d’animations subtiles et la taille du fluorocarbone n’entravera que rarement la nage de ce type de leurres. Pour les recherches spécifiques des autres carnassiers, et en fonction de la taille de son spinnerbait, on pourra très logiquement sélectionner des diamètres de fluorocarbone inférieurs.

Astuce

Il est conseillé de nouer directement le spinnerbait à son bas de ligne plutôt que d’utiliser une agrafe et de risquer de se retrouver dans la situation où l’agrafe glisse le long de l’armature du leurre. Il est possible de remédier à ce problème en ajoutant un petit anneau en caoutchouc au niveau du point de fixation du spinnerbait à la ligne permettant ainsi à l’agrafe de rester à sa place. Ces petits anneaux sont vendus dans le commerce mais de la gaine thermo-rétractable peut très bien remplir cette fonction si toutefois vous avez cela chez vous.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : L'utilisation du spinnerbait

Pourquoi le spinnerbait est-il si populaire auprès des pêcheurs ?