La petite vive, enfouie sous le sable.

Petite vive prise sur une plume au ras du fond. © Guillaume Fourrier

La petite vive est souvent prise par erreur. Ce petit poisson vit enfoui sous le sable lorsque le courant est trop fort. A l'étale de courant, il sort de son refuge pour s'alimenter.

Nom scientifique

Echiichthys vipera (Cuvier, 1829)

Morphologie

La petite vive possède une première nageoire dorsale de petite taille et de couleur noire, épineuse et venimeuse. Elle présente une grande bouche et des yeux rapprochés. Son corps est haut au niveau de la tête et s’affine progressivement jusqu’à la queue. Le dos de la petite vive est de couleur brun-jaune et montre une multitude de petites taches noires.

Lieux de pêche

La petite vive évolue sur le sable ou les fonds gravillonneux fins dans de faibles profondeurs. On la trouve sur les plages, dans les trous d'eaux de l'estran appelés bâches ou baïnes et sur les bancs de sable du large appelés ridens, jusqu’à plus de 100 m.

Techniques de pêche

On la rencontre lors des pêches à pied avec un haveneau à crevettes. Il faut prêter attention à ne pas saisir des poignées de crevettes sans regarder de plus près. Une petite vive peut être cachée dans cette collection de crevettes et d'algues. Les habitués se saisissent des vives à l'aide d'une fourchette. Les bottes intégrales de type waders sont indispensables pour éviter de marcher sur la nageoire dorsale noire venimeuse de la vive.

Petite vive dans un haveneau

Elle se pêche aussi en bateau sur les ridens de sable à l'étale de courant. On prend alors les petites vives en dandine à l'aide d'un jeu de plumes au ras du fond, souvent sur le petit jig métallique final. Bien souvent, elles sont des prises accidentelles des pêcheurs de maquereaux, de lançons ou de harengs.

Reproduction

La période de fraie de la petite vive a lieu de juin à août dans la Manche, en mai en Aquitaine et au printemps et en été en Méditerranée. Les petites vives fraient en profondeur. Les sexes sont séparés.

Taille et poids

  • Taille légale de capture (minimum légal) : aucune, je préconise la relâche
  • Taille moyenne : 6 à 11 cm
  • Taille / poids maximum : 15 cm

Bon à savoir

La petite vive vit enfouit sous le sable laissant ses yeux dépasser. Ceux qui ont déjà marché sur une petite vive sur la plage s’en souviennent, le venin contenu dans sa première nageoire dorsale est très douloureux et peut engourdir la jambe pendant 30 minutes. La piqûre de vive est douloureuse et si saisissante qu’elle peut être la cause de malaises ou vertiges. Le venin est thermo-sensible et se dégrade à partir de 40°C. Trempez la zone piquée dans de l’eau chaude à la limite du supportable durant une bonne minute et la douleur s’apaisera plus rapidement. Les postes de secours sur les plages connaissent bien le sujet, et durant mes 5 années de sauvetage en mer, j’ai soigné des dizaines de piqures de vive sans qu’il n’y ait jamais eu de complication. Si le bateau ne possède pas de réchaud au gaz, on conseille parfois la flamme du briquet… attention cependant à ne pas transformer une piqûre bénine en brûlure !

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...