Pêche de nuit, une opportunité pour trouver des bars

© Thierry Cendrier

Les pêches itinérantes aux leurres ne sont pas des activités exclusivement diurnes. En effet, si pêcher aux leurres de nuit ne paraît pas naturel, vous serez rapidement convaincu par la première prise que cette pratique (si elle est bien organisée et maîtrisée) est productive, en gros poissons tout particulièrement…

Un choix stratégique

La nuit est un excellent moment pour aller traquer le bar du bord pour deux raisons essentielles :

  • Le retour au calme

Le calme étant de retour sur les berges des estuaires ou sur les plages et autres côtes rocheuses, les prédateurs n’hésitent pas à venir se nourrir à quelques centimètres de la rive pour cueillir toutes les proies qui s’offrent à eux. De plus, pêcher dans le noir est vraiment une activité particulière, l’ambiance, le silence, un sens en moins… Les sensations sont complètement différentes et presque intensifiées par le contexte.

  • Le réveil d’une faune particulière

La nuit, toute une faune, relativement discrète en journée, se met en activité : les crevettes et les crabes sortent de leurs cachettes et les bars, notamment les gros, le savent parfaitement et comptent en profiter.

Du fait de ces deux paramètres particuliers, la nuit il est tout à fait possible de prendre un spécimen de 70 cm juste à ses pieds. En effet, les bars s’approchent à quelques centimètres des berges désertées par les pêcheurs et promeneurs pour aller cueillir leur pitance.

Pêche de nuit

Au bon endroit, au bon moment

De nuit, vous pouvez prospecter exactement les mêmes spots qu’en pleine journée, mais il ne faut pas hésiter à animer votre leurre jusque dans vos pieds. Une veine d’eau, une bordure de parc à huîtres, une tâche de goémon, une roche affleurante en plein courant, même à 1 mètre, du bord doivent être exploitées.

La logique est toujours la même, il faut identifier pour chaque spot quel est le bon créneau en fonction du moment de marée et de la hauteur d’eau. Prévoyez alors un parcours comprenant des spots productifs à des moments différents et complémentaires et vous pourrez réaliser de très belles sorties.

Pêche de nuit

Votre arme : un leurre souple en texan

Parce que vous pêcherez des endroits bien souvent encombrés d’algues, le recours à un leurre souple monté en texan (c’est-à-dire avec un hameçon caché dans le leurre) est un excellent choix stratégique. En effet, même si la pêche aux poissons-nageurs est rentable, vous passerez votre temps à retirer les algues prises dans vos hameçons et ainsi votre leurre ne sera efficace que la moitié du temps…

Pêche de nuit

Misez sur la lenteur

Compte tenu de l’obscurité, le bar s’appuiera sur les informations transmises pas sa ligne latérale (et non sa vue) pour localiser votre leurre et l’attaquer. Ainsi, vous devez pêcher lentement ! En fonction des spots, la traction, la volée, les pêches en linéaire sont possibles, mais j’affectionne particulièrement les pêches à gratter, car il est tout à fait possible de faire de longues pauses et cela imite parfaitement le comportement des crustacés tant appréciés par les bars...

Pêche de nuit

La sécurité

Afin de partir en toute sécurité, le matériel minimum est une bonne frontale (des piles de rechange aussi...), un téléphone portable, une pince (pour couper un éventuellement hameçon), éventuellement un waders et un gilet de sauvetage si vous comptez rentrer dans l’eau… Mais surtout il est très important d’avoir repéré les lieux de jour et à la hauteur d’eau correspondante !

Vous pouvez désormais vous lancer, mais je vous préviens cette pratique devient rapidement addictive...

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...