La pêche finesse, une réponse aux poissons méfiants, mais surtout une philosophie

La pêche finesse qui consiste à traquer les poissons avec du matériel plus léger que d'habitude s'est considérablement développée ces dernières années. Si elle permet de répondre à une difficulté, parfois croissante, de tromper la méfiance de nos cibles, elle est aussi un moyen de prendre plus de plaisir au bord de l'eau.

La pêche finesse consiste en l'utilisation d'un ensemble canne-moulinet léger, d'une ligne fine et discrète et de leurres légers animés souvent avec beaucoup de précision. Le développement de cette pratique est lié à deux phénomènes :

  • La difficulté croissante de réaliser de belles prises en raison du déclin de la ressource et de la méfiance des poissons visés.
  • La volonté de prendre un maximum de plaisir lors des combats. La pêche étant avant tout devenue un loisir et non une activité alimentaire.
Sur un ensemble léger, même avec des petits poissons on peut prendre du plaisir.
Sur un ensemble léger, même avec des petits poissons on peut prendre du plaisir.

Une philosophie avant tout

Si le recours à des lignes fines et des leurres discrets permet de tromper plus facilement la méfiance des carnassiers, elle relève avant tout d'une volonté de prendre le plus de plaisir possible au bord de l'eau et notamment lors des combats.

En un autre temps, la pêche avait pour vocation de remplir son assiette et parfois malheureusement le congélateur… Mais aujourd'hui avec l'avènement du catch and release, l'objectif est tout autre. La prise d'un bar ou tout autre poisson n'est plus une fin en soi et le plaisir réside dans le combat, l'adrénaline de son déroulement et de son issue et la volonté de laisser à nos prises un maximum de chances d'en sortir victorieux.

Ainsi, avant même d'être une réponse technique à un problème il s'agit avant tout d'une philosophie et d'une conception de notre pratique.

Sandre pris sur un montage léger et discret
Sandre pris sur un montage léger et discret

Une approche spécifique

Quelle que soit la cible, la logique est la même et réside dans le fait d'utiliser un matériel plus léger que d'habitude. Que ce soit en termes de puissance de canne, mais aussi de ligne et de leurre.

Dès lors, les pêcheurs de bars ou de sandres, n'hésitent plus à opter pour des cannes de 3-15 g ou 5-20 g de puissance et des fluorocarbones entre 6 et 8 lbs pour pouvoir présenter un leurre léger avec un maximum de discrétion.

Des leurres très légèrement plombés et du fluorocarbone de petit diamètre
Des leurres très légèrement plombés et du fluorocarbone de petit diamètre

Une réponse à un problème

Si la pêche en finesse satisfait un désir de plaisir, elle constitue aussi une réponse à un problème technique. En effet, de moins en moins nombreux et de plus en plus méfiants, les poissons sont parfois particulièrement difficiles à leurrer. Alors le recours à la discrétion est essentiel pour tromper leur vigilance.

Si nous avons évoqué le matériel utilisé, cette recherche de discrétion ne s'y limite pas. En effet, la pêche en finesse se pratique à l'aide leurres légers et souvent de petites tailles présentés de la manière la plus naturelle, la plus minimaliste et la plus légère possible. Les pêches à gratter, en weightless, carolina, waky avec des leurres souples de moins de 10cm et des plombées entre 2 et 7 g sont alors les pratiques les plus indiquées.

Cette façon de pratiquer permet alors de capturer des poissons qu'aucune autre approche ne permet. En effet, sur les bordures et de surcroît dans très peu d'eau, la pêche finesse est la seule alternative possible. Notamment lorsque l'on pêche à vue, l'utilisation de lignes plus grosses et de leurres plus lourds conduirait les prédateurs à déserter la zone en quelques secondes.

Lorsque les proies sont de petites tailles, la pêche finesse est indispensable
Lorsque les proies sont de petites tailles, la pêche finesse est indispensable.

Les risques

Si cette pratique est une source de plaisir et d'efficacité, elle constitue, pratiquée dans l'excès, un « risque » pour nos prises. En effet, les probabilités de laisser un poisson nager avec un hameçon dans la bouche après une casse sont bien plus grandes et les combats s'éternisant parfois, nos prises sont alors fatiguées à outrance et rencontre de réelles difficultés à repartir lors de leur relâche. Ce dernier point est particulièrement vrai lors des périodes chaudes et je vous invite à ne pas tomber dans l'extrême et à décrocher vos prises dans l'eau et le plus rapidement possible même si cela doit compromettre votre séance photo.

Privilégiez les photos dans l'eau pour relâcher vos prises le mieux possible.
Privilégiez les photos dans l'eau pour relâcher vos prises le mieux possible.
Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...