Les 5 incontournables pour se lancer à la pêche à la mouche

© Jacques Del Arco Aguirre

Nombreux sont les pêcheurs à pratiquer la pêche aux leurres ou aux appâts naturels, et qui hésitent à franchir le pas pour se lancer à la mouche. Si la pêche à la mouche peut être considéré comme un petit monde à part, prendre du plaisir et ses premiers poissons est vraiment à la portée de tout le monde.

Voici quelques conseils qui pourraient vous permettre de vous lancer. Nous vous proposons aussi cette autre publication, 5 conseils pour progresser à la pêche à la mouche : une lecture complémentaire qui pourra se révéler utile.

Bien choisir son matériel

Pour débuter à la mouche, le choix de la canne à pêche est forcément important. Plusieurs facteurs rentrent en jeu pour décider, en particulier le type de pêche qui sera effectué ou le poisson ciblé. Pour un premier achat « classique » de fouet pour la truite et l’ombre, une canne d’action semi-parabolique de 9 ou 9.6 pieds (2,74 et 2,89 mètres) soie de 5 sera la plus polyvalente. Rien ne sert dans un premier temps de s’équiper avec du matériel hors de prix, et certains kits prêts à pêcher (ensemble Caperlan, kit découverte JMC, kit Devaux Initial…) sont même très bien pour débuter et se faire la main sur quelques saisons. Le pêcheur pourra toujours par la suite s’équiper avec d’autres modèles : pour pêcher des petites rivières encombrées, des cannes plus courtes et moins puissantes seront privilégiées, alors que pour la nymphe au fil en grande rivière par exemple, une canne de 11 pieds pourra être plus agréable. Pour débuter la pêche du carnassier à la mouche, ou pour la pêche du bar, des cannes plus puissantes seront par contre nécessaires.

Ne pas hésiter à s'entraîner au lancer avant d'aller au bord de l'eau

Le lancer, spécifique à cette technique et qui permet de propulser correctement nos artificielles, requiert un peu de pratique et de maîtrise. Avant de se précipiter au bord de l’eau, il n’est pas inutile de commencer à prendre en main son matériel dans son jardin par exemple, et d’essayer de reproduire la gestuelle spécifique. Quelques sessions d’entrainement courtes, mais fréquentes permettront de progresser pas à pas, avant de se rendre sur la rivière pour aller rencontrer ses premiers poissons.

peche-truite-mouche

Prendre conseil auprès de pêcheurs expérimentés

Si vous avez dans vos connaissances des pêcheurs qui pratiquent à la mouche depuis plusieurs années, le plus simple est bien évidemment d’être accompagné au bord de l’eau. Si un club mouche (et ils sont nombreux sur le territoire !) existe à proximité du domicile, c’est l’une des meilleures façons de progresser rapidement, que ce soit pour apprendre à lancer, pour recueillir des conseils sur le matériel de base à acquérir, pour confectionner ses premières mouches…

La toile regorge d’informations et de conseils pratiques (la preuve avec cet article !) qui pourront vous permettre de vous guider dans vos choix. Les tutos, les vidéos et les articles, c’est bien, mais s’entrainer une canne à la main, échanger avec des pêcheurs qui savent, c’est mieux.

Ne s'équiper qu'avec des accessoires indispensables

Rien ne sert d’amener au bord de l’eau tout un attirail qui sera encombrant et la plupart du temps qui ne sera pas utilisé. Il est important de faire le tri, pour n’emporter dans sa veste, son gilet de pêche ou son Chest Pack que le strict minimum. Au fur et à mesure des sessions, chaque pêcheur fera ses choix, mais certains outils demeurent indispensables. En particulier le coupe-fil, les lunettes polarisantes, une pince pour écraser les ardillons (s’ils n’ont pas été écrasés au préalable), une épuisette, des bobines de fil pour changer régulièrement le bas de ligne ou pour modifier son approche, un outil pour sécher la mouche (type amadou).

matériel-indispensable-peche-mouche

Un petit nombre de mouches

Il n’est pas forcément nécessaire de partir au bord de l’eau avec des centaines de mouches réparties dans plusieurs boîtes. Cela peut rassurer quelque peu le pêcheur, mais 90% des artificielles resteront dans leur boîte le jour J. Pour débuter, une dizaine de modèles de mouches sèches (en tailles et coloris différents idéalement), quelques nymphes et noyées seront largement suffisantes pour prendre les premiers poissons. Là aussi, il existe des boîtes types à se procurer dans le commerce pour commencer. Sinon, on pourra se munir d’araignées, palmers, sedges, ou des mouches sèches flottant haut comme des artificielles en poils de cervidés ou des parachutes, des culs de canard…

Pour compléter vos lectures avant de vous lancer, vous pouvez également consulter cet article : 5 conseils pour progresser rapidement en pêchant à la mouche.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...