La pêche à gratter  : pourquoi, quand et où ?

© Thierry Cendrier

Pêche exigeante sur le plan technique, elle demande un temps d’apprentissage parfois un peu long, mais qui sera rapidement récompensé par de jolis poissons… Voyons pourquoi, quand et où utiliser cette technique.

Si la maîtrise de la pêche à gratter est indispensable pour cibler certaines espèces d’eau douce et de mer (le sandre, le maigre, la vieille…), elle permet aussi de capturer dans des situations particulières du bar, que l’on n’aurait peut-être pas pris d’une autre façon. Alors pour optimiser ses sorties, il paraît nécessaire d’en maîtriser les bases.

Pêche à gratter

Pourquoi  ?

Certaines espèces se nourrissent en pleine eau, on dit qu’ils ont un comportement pélagique. Et d’autres uniquement sur le fond, ceux sont des espèces dites benthiques. Ces dernières doivent donc être pêchées à proximité du substrat. En effet, la probabilité de prendre un congre aux leurres de surface est assez proche de zéro…

Le bar, comme d’autres espèces, est capable de se comporter de ces deux façons. Ainsi, s’il est possible de le prendre en surface et en pleine eau la majorité du temps, il existe des conditions où il se nourrit sur le fond.

Pêche à gratter

Quand  ?

Ces moments peuvent correspondre à des états d’activité  :

- Les poissons sont léthargiques, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas en pleine période alimentaire et restent posés derrière un caillou, un tas d’algues ou dans une faille.

- Ils sont à la recherche d’une alimentation spécifique comme les crabes et les crevettes et se nourrissent exclusivement sur le fond. Ce schéma est typiquement ce qu’il se produit la nuit, car les crustacés se mettent en activité et sortent de leur cachette. Les bars le savent et se mettent à leur cueillette… Ainsi pour moi, la pêche de nuit rime avec une pêche lente proche du fond.

Pêche à gratter

Où ?

Certaines zones sont particulièrement indiquées pour pratiquer la pêche à gratter. Dans les endroits où le courant est très fort (3, 4, 5, 6 nœuds…), les bars vont devoir une bonne partie du temps rester proches du fond à l’abri d’une roche ou autre pour se protéger du courant et ne pas se fatiguer inutilement. De plus cela leur permet de rester à l’affût de toute la nourriture potentielle apportée par le flot. Ainsi dans ces configurations particulières, la pêche à gratter est toute indiquée pour aller déloger les prédateurs là où ils se trouvent.

Sur ces mêmes zones, on peut les trouver en pleine eau lors des pics d’activité, mais le reste du temps il faudra présenter son leurre proche du substrat.

Il évident que cette technique peut aussi se pratiquer sur des zones avec peu de courant, mais elle trouve davantage son intérêt dans ce contexte.

Pêche à gratter

Maintenant que vous connaissez la justification de cette technique, ainsi que les conditions d’application, nous allons voir comment la mettre en œuvre.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...