Les familles de leurres souples, sachez les différencier

© Fred Brilloux

Avec leurs multiples possibilités d’animation et d’adaptabilité dans les différents milieux aquatiques, les leurres souples sont très prisés. Tous les poissons y sont réceptifs. Aujourd'hui, nous trouvons plusieurs types de matières dont les composants restent secrets. Certains flottent, s'étirent sans déchirer, et bien d’autres technicités qui vont justifier leur prix.

Un peu d’histoire

  • Dans les années 50, Michel Duborgel écrivait dans le magazine La pêche et les poissons de rivière que des leurres fabriqués en caoutchouc ou en matières synthétiques souples étaient les plus redoutables pour donner aux prédateurs l’impression d’écrasement des chairs.
  • Les États-Unis avaient une longueur d’avance avec un certain Regnault, qui au sein de son laboratoire en 1835 trouvait le chlorure de polyvinyle (PVC), dont la première fabrication industrielle à partir d’acétylène vit le jour en 1931. Ce n’est qu’à partir de 1950 que s’est développée la production à partir d’éthylène, surtout grâce à l’arrivée du pétrole à bon marché.
  • 1960 : en Amérique du Nord les premières fabrications de leurres souples apparaissaient pour répondre à la demande des pêcheurs de Blacks Bass qui voulaient un dispositif pour imiter les grenouilles, vers, poissons… Un business alors inconnu naissait. Il fallait d’abord leurrer les pêcheurs avant les poissons ! Le marché explosait dans les années 1970 aux USA, et dans les années 1980 en Europe.

En France, les premiers « Mister Twister » arrivaient, appelés rapidement « Twisters » puis « Twists ». Ils firent oublier la première marque française « Sosy » qui utilisait une matière plastique plus rigide et moins translucide, donc moins performante.

Un large choix de leurres, chacun a son utilité.

Les leurres souples peuvent être lestés ou non. Ils peuvent évoluer à la surface, sous la pellicule de l’eau ou en profondeur selon le lest choisi. Ils ont parfois une apparence peu commune, loin de ressembler à une proie connue, ce qui ne doit pas remettre en cause son efficacité.

La virgule

Leurre-souple

C’est le plus connu, toutes générations confondues. Indémodable, ce leurre possède la plus forte popularité, facile d’utilisation et qui peut s’avérer redoutable dans les mains expertes et entraînées.

Il était considéré comme pêche marginale au début des années 80 par les pêcheurs au poisson mort manié (technique en pôle position à cette époque). Mais après les résultats éloquents de certains pêcheurs, ce morceau de plastique fut pris au sérieux. Passer dans un banc de sandres en chasse et accusant touche sur touche, sans perdre de temps à remettre un poisson mort manié sur sa monture, fit changer les opinions.

De la perche au sandre en passant par le brochet et aujourd’hui le silure, rien n’y résiste. Son appendice caudal qui se met immédiatement en action dans l’élément liquide en fait un leurre indispensable dans la boite du pêcheur de carnassier.

Ses atouts : la conservation, l’eschage, la durée de vie, la possibilité d’aller rapidement explorer un poste sans trimballer son vivier… Ce leurre est le plus polyvalent de tous les leurres souples, eau courante ou non. L’adaptation sur tout type de montage conforte sa polyvalence : Texan, Carolina, Drop-Shot, Texan Ligth, split-shot, tirette ou sur une monture.

La virgule reste le 4x4 des leurres souples.

Les Shads

Leurre-souple

Le réalisme des leurres souples nommés Shads (poissons) reste très prisé des pêcheurs sceptiques sur l’efficacité du plastique. Bien souvent un pêcheur au poisson mort manié sera plus sensible à ce type de leurre qui se rapproche de ce qu’il connaît. Son adaptation est plus rapide et le maniement sera une animation connue de son automatisme cérébral.

Aujourd’hui, il existe une gamme très étoffée de Shads, de 3 à 30 cm avec des grammages de 3 à 120 g, avec ou sans décors holographiques. Les Shads sont très appréciés pour les pêches de profondeur (verticale) et la densité de ces leurres est variable afin de s’adapter au poste choisi. À chaque technique de pêche correspond une forme de lest.

Le plus employé de tous les lests reste la tête plombée classique, mise en action rapide de prospection et certainement la moins coûteuse. L’animation près des obstacles reste délicate et les accrochages sont souvent assimilés à des touches qui résultent de ferrages appuyés, ce qui entraîne la perte du leurre.

Les Jerkbaits

Leurre-souple

Des Jerkbaits souples ont fait leur apparition avec des formes plus ou moins réalistes, parfois ce ne sont que des formes avec des appendices (queue ou nageoires) sous le nom de shadow (ombre).

Les Jerkbaits souples sont employés avec succès dans les obstacles : herbiers, branchages, blocs rocheux … Certains sont munis d’une fente sous le ventre permettant de dissimuler la pointe de l’hameçon texan.

L’animation consiste le plus souvent à propulser le leurre et le laisser tomber dans les massifs d’algues ou dans les faibles profondeurs (shallows) puis de le jerker (coups de scion saccadés suivi de micropauses). Plus les poissons sont actifs plus l’animation doit être rapide. Cette technique est redoutable pour tous les carnassiers marins ou d’eau douce.

Les vers (worms)

Leurre-souple

Moins employés que les virgules et les Shads, car moins prisés chez les pêcheurs : ces derniers estiment qu’ils sont plus difficiles à escher et à animer et donc moins performants. Erreur ! Ces pêcheurs passent peut-être quelquefois à côté de la pêche du jour.

Les vers sont facilement identifiables à leurs formes d’annélides et les appendices caudales peuvent être de formes différentes. Le ver possède d’innombrables possibilités d’armement correspondant aux diverses techniques de pêche : texan (lourd ou léger), carolina, drop-shot, split-shot (petite cendrée devant le leurre sur le bas de ligne), skipping (ricochés en surface sans lest), wacky (piqué au centre avec un hameçon simple sans lest), verticale, tirette, sur monture, en surface ou en pleine.

Les experts l’apprécient pour son adaptation à tous les milieux aquatiques et ses diverses possibilités d’animations. Pour ma part, j’emploie des bas de ligne assez longs (1 m à 2 m) en fluorocarbone de façon à donner une nage discrète et souple, voire ample et chaloupée.

Lorsque des postes sont très sollicités, ce LS (Leurre souple) a l’avantage de ne pas stresser les prédateurs en poste et peu enclin à mordre. Vous éviterez la panique d’un poisson qui a déjà été pris au milieu d’un banc pas encore habitué au passage de montages à fortes vibrations.

Les créatures insolites

Plus ou moins réalistes ces leurres ne font pas l’unanimité des pêcheurs, leur croyance étant tombée dans les chaussettes en voyant ces drôles de bestioles venues d’une autre planète. Au départ conçus pour la pêche de black-bass, ils ont trouvé leur place pour capturer également les autres carnassiers.

L’écrevisse

Leurre-souple

La plus utilisée reste l’écrevisse identifiée comme une base dans l’alimentation de beaucoup de poissons. La nécessité de la présenter correctement afin de simuler une proie potentielle est indispensable, montée sur une tête jig munie d’une jupe frangée (effet de volume) et maniée lentement, en levé posé, vous en ferez un met de choix.

Leurre-souple

Certaines écrevisses sont fabriquées dans une matière salée qui vibre ou ondule à la moindre sollicitation, parfois imprégnée d’attractants et parfois même flottante.

Les Grenouilles (Frogs)

Leurre-souple

Les grenouilles ont quelques adeptes, la pêche avec ce type de leurre reste très spécifique (surface et sous la pellicule de l’eau). Les eaux les plus chaudes, les moins profondes et les plus riches en herbiers sont à privilégier.

Les Lézards

Leurre-souple

Les lézards et les salamandres sont peu utilisés, mais ultra efficaces en surface et en drop-shot. Les animations lentes suivies de pauses sont primordiales. Les appendices qui caractérisent ces leurres vibrent à la moindre sollicitation et permettent de déclencher les attaques. Le black-bass est le poisson le plus recherché avec ces leurres.

Les autres formes

Leurre-souple

Il existe également de leurres souples qui font penser à des gadgets. Les Américains et les Nippons y trouvent un intérêt particulier. Ces leurres souples qui ne ressemblent à rien de commun avec des formes originales peuvent devenir performants dans des mains entraînées en certaines circonstances.

Les Cigares

Les cigares et les frites issus de la dernière génération de leurres souples sont gorgés de sel, d’attractants olfactifs sur lesquels il est possible d’intégrer un lest en forme de clou, de vis ou autre.

Leur armement est spécifique : principalement en trailer, texan, drop shot, split shot, skip et wacky. On peut rajouter un rattle (petit tube en verre contenant de 1 à 3 billes) pouvant accroître l’effet teaser (taquiner). Pêcher avec ces leurres souples requiert un maximum de concentration sous peine de ne pas sentir la touche furtive.

Leurre-souple

Les Frites

Animés sèchement afin de déclencher des attaques /réactions, ces leurres doivent être armés le plus souvent avec des têtes pointues ou oblongues. Avec les frites on peut explorer rapidement certains postes, en jerkant sur des fonds sableux pour créer des émulsions avec un temps d’arrêt sur le fond. Puis redémarrage d’un petit coup de scion pour stopper et le laisser retomber à nouveau. Les prédateurs ont du mal à résister à ce type d’animation.

Les Tubes

Leurre-souple

Les tubes rentrent dans les mœurs des pêcheurs européens. Les grammages du lest peuvent être divers et internes (plombs balles, chevrotines). Leur corps est creux et rond avec de multiples appendices très fins et souples. Ce leurre n’est pas censé imiter une proie précise, mais suggestive. L’animation peut être lente ou rapide formant des ellipses, des angles, c’est à vous d’adapter la meilleure nage du moment.

Conseil pour choisir son leurre souple

  • Pour la pêche aux leurres souples, visionnez son animation dans une eau claire et adaptez votre animation. Votre performance en dépendra.
  • Les montages les plus farfelus peuvent être gage de réussite.
  • Créez et inventer vos montages, vous serez surpris ! Osez, c’est aussi ça la pêche.
Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...