Comment s'adapter face à la pression de pêche

Tout pêcheur connaît un plan d'eau où un tronçon de rivière où la pêche devient de plus en plus difficile. Là où avant on prenait des poissons de façon régulière et en quantité, ils semblent avoir disparu !

Sur vos spots, à la faveur des réseaux sociaux, mais aussi de l'essor de notre pratique, les pêcheurs sont de plus en plus nombreux et les poissons semblent avoir disparu. Certains mettent en cause, le prélèvement, la pollution ou encore les gros prédateurs comme le silure, mais bien souvent la raison est ailleurs… Tout simplement, en raison de l'apprentissage et de l'instinct de survie, les poissons savent identifier les contextes à risques et adaptent leurs mœurs en fonction.

Ils ne sont pas moins nombreux, mais les périodes d'activité sont plus courtes, les spots fréquentés sont différents et les présentations et techniques habituelles assimilées à un risque.

Ainsi, pour continuer à réussir de belles sorties, il faut s'adapter et pêcher autrement.

Choisir les bons créneaux et les bonnes conditions

Face à la pression de pêche, les prédateurs vont réduire considérablement leur périodes d'activité pour être vulnérables moins longtemps. En toute logique, ils vont choisir les meilleures conditions pour passer à table. Ainsi sur les postes fréquentés il est important de pêcher aux meilleurs moments, car l'activité peut parfois durer seulement 15 ou 30 minutes, mais il est alors possible de faire une pêche extraordinaire.

Alors il faut particulièrement privilégier :

  • Les extrémités du jour
  • Les temps nuageux, venteux et éventuellement pluvieux
  • Les coups du midi pendant l'hiver

Aborder la zone autrement

Lorsque les poissons sont très sollicités et constamment dérangés sur leurs postes de chasse habituels, ils vont simplement y renoncer pour s'orienter vers des bases alimentaires moins fournies, mais où ils savent qu'ils pourront se restaurer et éventuellement se reposer en toute tranquillité.

Parfois il ne faut pas chercher bien loin, il peut choisir, d'une pierre, d'une cassure, d'une structure situées à quelques dizaines de mètres, mais qui ne sont jamais exploitées par les pêcheurs.

De la même façon, il est possible de les trouver sur un même spot, mais simplement un peu plus profond. Par exemple dans le cas d'un plateau bordé d'un tombant, en pleine activité, vous pourrez les trouver sur le plateau, mais le reste du temps, s'ils étaient localisés dans la pente, ils y sont toujours, mais peut-être 2 ou 3 mètres plus bas.

Optez pour la discrétion

Sur des postes très fréquentés, les poissons sont très méfiants et aux aguets. À la moindre alerte, ils déserteront l'endroit ou fermeront la bouche pour un bon moment. Ainsi, vous devrez être le plus discret possible dans votre approche que ce soit du bord ou en bateau. À ce titre, il est important de commencer vos dérives bien en amont du poste et de le contourner pour se replacer.

Il peut alors s'agir de votre tenue, de la façon de vous déplacer et d'aborder la zone en retrait de la berge, mais aussi du bruit que vous faites sur la berge. Marchez à pas de velours et soyez le plus discret possible.

De la même façon, il est primordial de soigner vos lancers et le posé de votre leurre pour ne pas faire fuir les poissons présents sur zones. Dans la même logique, allongez vos têtes de ligne, et misez sur la finesse que ce soit dans le choix de votre tresse, mais aussi de vos montages et de vos grammages.

Changez vos animations

Avec le temps et encore plus avec le catch and release, les poissons reconnaissent les leurres, les vibrations et les présentations habituelles. Alors vous devrez les surprendre et être particulièrement attentif à vos animations.

Deux solutions s'offrent à vous :

  • Une présentation la plus douce et la plus naturelle possible pour rester dans l'esprit de la discrétion. On peut alors opter pour des leurres imitatifs, peu plombés pour un effet planant et des animations les douces et légères possibles… Bien plus douces que vous ne pouvez le faire habituellement ;
  • Il est aussi possible à l'inverse de les provoquer et de proposer une présentation lourde et agressive pour déclencher un réflexe d'attaque.

Vous l'aurez compris, face à la pression de pêche, une seule alternative est possible, celle de pêcher autrement, que ce soit en termes de temporalité, d'espace ou de présentation. Il faut sortir des sentiers battus pour trouver des poissons moins méfiants et proposer des présentations « inédites ».

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...