Progresser à la pêche : Le sens de l’eau peut-il se développer ?

Il y a toujours des pêcheurs qui prennent plus de poissons que les autres et souvent pour mettre des mots sur un phénomène que l’on explique difficilement, on attribue cela à un sens de l’eau supérieur. Mais quel est il réellement et peut on le développer ?

Le sens de l’eau est sans doute la capacité d’un pêcheur à corréler tous les paramètres de la pêche en un lieu défini et à un moment donné, et ce parfois de manière inconsciente. On peut d’une certaine façon penser qu’il s’agit de la faculté à trouver le pattern et à le mettre en place plus rapidement et plus facilement, à « sentir la pêche ».

S’il est possible de prévoir, analyser et comprendre un certain nombre de facteurs influençant la pêche, cette dernière n’étant pas une science, il nous est impossible de tout paramétrer et conscientiser. Ainsi, certains, ceux qui possèdent un sens de l’eau très développé, font des choix qui sont instinctifs. Il est difficile de les rationaliser, car ils mettent en jeu trop de facteurs, mais ils sont pourtant justes, car ils résultent de la connaissance du milieu et des poissons, de l’expérience et de la maîtrise technique.

Inné ou acquis

Dans toutes les activités où il existe des experts, comme le sport, il existe toujours des prédispositions et chaque champion possède quelque chose en plus… Mais sans travail, il est impossible d’atteindre de hauts niveaux de performance.

Alors dans la pêche, il doit effectivement exister un sens supplémentaire développé davantage chez certaines personnes et qui les prédispose à mieux comprendre leur environnement, à mieux lire l’eau et à mieux ressentir l’évolution de son leurre, mais, et parce qu’il n’est pas question d’être un champion, mais simplement de progresser, il est évidemment possible de le développer.

Choisir la bonne veine de courant où lancer et présenter son leurre de la bonne façon dans celle-ci est quelque chose de difficile à expliquer, mais pourtant il est possible de l’acquérir

Augmenter ses connaissances

La première voie de progression à exploiter est l’enrichissement de ses connaissances concernant les milieux que vous pêchez, les espèces visées et sur le matériel que vous utilisez. Développer ses connaissances, c’est simplement s’instruire en lisant , en regardant des vidéos ou en échangeant avec des partenaires. Mais au-delà des connaissances acquises, il faut essayer de les comprendre et faire des liens avec ce qu’on observe au bord de l’eau ou avec ce qu’on a déjà vécu.

Développer ses connaissances, vous permettra de comprendre plus rapidement où et quand trouver les poissons et de présumer de leur état d’activité.

L’expérience

L’expérience est la somme des connaissances et compétences que vous avez construites dans le sens où les établissez dans des situations vécues. Elles sont plus importantes que les connaissances accumulées précédemment, car pour vous elles font sens. Elles ont été acquises dans un contexte précis et les liens entre les différents paramètres sont établis, pas nécessairement de manière consciente, mais la conjoncture est enregistrée quelque part en vous et identifiable.Si elle se représente un jour, vous la reconnaîtrez et l’associerez à une solution.

Si l’expérience se développe naturellement avec le temps, prendre du recul et analyser ses sorties à froid permet de l’accroître plus rapidement.

La maîtrise technique

La dernière dimension est la faculté à présenter son leurre de la bonne façon, à ressentir et imaginer son évolution, à varier les animations, sentir le fond, maîtriser la tension de sa bannière, etc. Nous sommes bien évidemment dans le domaine du ressenti, de données difficilement paramétrables et explicables, mais pourtant il s’agit là de techniques gestuelles comme il en existe dans toutes les activités. Le tennisman parlera de « touché » pour évoquer ses mêmes sensations, mais derrière il y a des heures de travail et d’entraînement. Il en est de même pour la pêche, il faut se concentrer sur sa technique, se corriger, s’imposer de pêcher autrement pour découvrir, s’adapter et multiplier le répertoire de ses réponses motrices. Ainsi, les gestes deviennent automatiques et naturels et l’on peut alors focaliser son attention sur autre chose, comme lorsqu’on apprend à conduire.

Alors oui le sens de l’eau peut se développer, mais cela demande des s’inscrire dans une démarche et une volonté de progression. Non pas d’acharnement et de surentraînement , mais s’intéresser à sa pratique, tenter de comprendre ses sorties, ses succès, ses erreurs pour réaliser de façon instinctive les bons choix stratégiques et moteurs.

Le sens de l’eau c’est faire de manière intuitive tout ce que vous faisiez auparavant de manière consciente. C’est faire des liens directs entre vos expériences vécues et le contexte présent, et les exploiter .

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...