Quand les petits leurres font la différence !

Petits leurres et big bait © Gauthier Martin

Petits leurres, petits poissons et gros leurres, gros poissons ? Lorsque les carnassiers se focalisent sur de petites proies, les grosses bouchées ne les intéressent pas !

Adapter la taille du leurre à la saison

En période estivale, les bordures des fleuves et des plans d’eau sont envahies par les alevins, cette abondance de proies faciles est une belle opportunité pour les poissons carnassiers. Ils n’ont pas besoin de gaspiller inutilement de l’énergie pour chasser des proies adultes qui sont plus rapides et qui connaissent déjà le danger.

Les poissons sont des animaux à sang froid, leur appétit et leur faciliter à digérer varie en fonction de la pression atmosphérique, de la température de l’eau et du niveau d’oxygénation de l’eau. Quand la chaleur est au plus haut, tout comme nous, ils n’ont pas un gros appétit.

Utiliser des petits leurres, entre 1 et 3 pouces (2,5 à 7 cm) semble la solution la plus productive en saison estivale. Mais, comme il n’y a pas de règle générale à la pêche, rien n’empêche de monter progressivement en taille si on n’a pas de touche sur les petites tailles.

A l’automne est en hiver, les conditions rudes obligent le poisson à économiser son énergie, à ce moment, il mangera moins fréquemment que lorsque l’eau est chaude, mais les proies choisies seront plus grosses. Dans ce cas un gros leurre sera plus propice à déclencher une attaque.

Un beau brochet sur un leurre de 7 cm

L’été dernier, je sors en float tube sur un grand lac bien peuplé en brochet et en perche. Ce plan d’eau abrite des sujets de belles tailles, mais aussi beaucoup de petits brochets. Je commence donc ma prospection avec des leurres assez gros, entre 4 et 7 pouces. Dès le début j’enregistre quelques touches sur les gros leurres, d’abord quelques petits brochets à peine maillés, puis je vois un banc de perches correct qui suit sans attaquer. Je décide donc de descendre en taille de leurre avec un shad de 7 cm, bingo, à peine lancer et une belle zébrée se débat au bout de la ligne.

Après cette petite séance d’amusement avec les perches, je regagne doucement la berge, mais avant de rentrer je décide de refaire un lancer sur le secteur que j’ai déjà pêché avec un gros leurre en arrivant. Au deuxième lancer je sens une lourdeur dans la ligne, dans le doute je ferre, ce n’est pas un obstacle, mais bel est bien un poisson, un joli brochet de 90 cm qui s’est emparé subtilement du leurre sans faire de touche ! Je n’en reviens pas, je venais de peigner toute cette zone avec de gros leurres et je n’avais attrapé que deux minuscules brochets. Ce jour-là, les carnassiers étaient focalisés sur des petites proies et les gros leurres ne déclenchaient que les petits poissons.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...