Arpège, le chalutier du futur a été mis à l'eau

Le chalutier Arpège

Ce jeudi 3 septembre, le chalutier Arpège a été mis à l'eau à Boulogne-sur-Mer. Construit par le chantier Socarenam, le bateau de pêche de 24,99 m servira à une pêche plus économe en énergie et plus sûre

Arpege qui doit son nom au projet du même nom (Approche Réaliste pour une PEche GEnérique) a été mis à l'eau le 3 septembre, par la Socarenam. Ce démonstrateur à l'échelle 1 est un chalutier à la propulsion diesel-électrique, créé dans le cadre de l'appel pour les "Navires du Futur" avec le soutien de l'Ademe. Il aura coûté la somme de huit millions d'euros et aura nécessité 18 mois de travaux et plus de cent personnes.

Il sert de prémices à une flotte de navire de pêche artisanale nouvelle génération pour remplacer les bateaux devenus trop vieux. Arpège pourra être armé au chalut de fond, au pélagique et à la senne danoise. Le navire du futur a été conçu avec une coque en acier, et sera plus sûr, plus économe en énergie et plus confortable. Il est le premier navire français artisanal à être équipé de treuils électriques, il utilisera également de la glace liquide à base d'eau de mer réfrigérée, sera équipé d'appareils électriques sophistiqués, pourra stocker les déchets et n'émettra aucun rejet.

Les pêcheurs pourront désormais travailler dans un entrepôt fermé et chauffé et dans un environnement plus silencieux, grâce à ses deux moteurs à propulsion électrique.

Ce démonstrateur va être essayé en mer par son armateur, Alexis Hagneré et entamer une phase de démonstration à la mi-octobre. Cette phase de six mois déterminera si l'Arpege pourra servir de modèle pour renouveler la flotte de pêche vieillissante.

L'Arpege sera testé pour la senne danoise et devrait consommer 8400 litres de gasoil par semaine au lieu des 12 000 habituels. Toujours dans un souci d'économie et de sécurité, le chalutier est équipé de deux hélices au lieu d'une sur les bateaux traditionnels. Avant ça, il restera à quai six semaines pour une batterie de tests.

Ce projet qui a bénéficié du soutien financier de l'ADEME et de l'État, dans le cadre du programme Véhicule du Futur des investissements d'avenir. Les collectivités territoriales, dont la région Nord-Pas-de-Calais et la Communauté d’agglomération du Boulonnais, ont également soutenu le projet. Ce sont également associés de nombreux partenaires : le Bureau Mauric, l’ENAG, IXBlue et Marinelec.

Caractéristiques principales :

  • Longueur = 24.99 m
  • Largeur = 8.50 m
  • Déplacement = env. 300 t
  • Équipage = 8 personnes
  • Propulsion = 2x220 kW
  • Groupes électrogènes = 2x430 kWe
  • Type de pêche : Chalut de fonds, chalut pélagique, senne danois
Plus d'articles sur les chaînes :

Pas-de-Calais
Réagir à cet article :
Michel Schreder - 09 Septembre 2015
Chalut de fonds, chalut pélagique, senne danois = ratissage et destruction des fonds marins? D'un côté "bateau plus économe et plus sûr" pour les humains... mais la nature est comme toujours perdante face à la rentabilité... BRAVO!
Guillaume Almunia - 13 Septembre 2015
Et 8 marrin qui n'auront pas le droit au chômage et autre aventage car la l'oie oblige seulement les armateur de bateau de 25m ou plus à cotiser pour le chômage et celui la fait 24,99 comme c bizarre
Ajouter un commentaire...
Reportage : Arpege

Arpege, le bateau de pêche du futur