Pêcher l'ombre commun en France à la mouche (en sèche, en nymphes, en noyées…)

© Jacques Del Arco Aguirre

L'ombre est un poisson apprécié par de nombreux pêcheurs, notamment pour la pêche à la mouche. Présent un peu partout en France, sa pêche en automne peut être un vrai régal.

L'ombre est un poisson à part dans nos rivières. Avant de se jeter à l'eau, essayons d'en savoir un peu plus sur cette espèce… et sur les différentes techniques de pêche qui peuvent être efficaces.

Un poisson à découvrir

Thymallus thymallus (grayling en anglais) appartient à la famille des salmonidés, bien qu'il diffère en de nombreux points des truites farios par exemple. L'ombre commun est facilement reconnaissable à sa robe plutôt grise (virant parfois au bleu gris / gris vert), mais surtout à sa nageoire dorsale proéminente : un véritable étendard, splendide, mêlant des tâches rouge et marron.

etandard-ombre
etandard-ombre

Sa bouche est plutôt petite, pointue, son corps allongé et sa queue fourchue. La plupart des ombres capturés sur nos rivières mesurent entre 30 et 40 centimètres. Les sujets les plus imposants peuvent toutefois dépasser le kilo et les 50 centimètres.

Sa période de reproduction s'étend en général sur les mois de mars à mai, ce qui explique que la pêche de ce poisson n'ouvre pas avant le mois de mai sur la plupart des cours d'eau. La pêche de l'ombre peut aussi se pratiquer après la fermeture de la truite sur les eaux de seconde catégorie. Ce qui permet d'étirer quelque peu la saison pour les passionnés de salmonidés, tout en profitant de l'ambiance automnale très particulière au bord de l'eau.

Comment le pêcher

L'ombre a été introduit dans de nombreuses rivières françaises. Il peut aujourd'hui se pêcher dans différents cours d'eau où il est bien implanté : la Dordogne, l'Ain, l'Aude, le Haut Rhône, Haute Loire, l'Allier…

ombre-Aude
ombre-Aude

L'ombre ne se tient généralement pas sur les mêmes postes que la truite. C'est un poisson qui affectionne aussi les eaux courantes et bien oxygénées, mais on le retrouve souvent sur les fins de première catégorie et les débuts de seconde. Les ombres peuvent avoir tendance à se tenir en bancs de même classe d'âge.

L'ombre commun peut se pêcher aux appâts naturels, parfois aux leurres, mais c'est surtout à la mouche que la plupart des passionnés essayent de le rencontrer.

C'est un poisson qui peut se montrer très actif en surface par périodes, ce qui explique en partie pourquoi les pêcheurs à la mouche prennent plaisir à essayer de le leurrer. Parmi les modèles les plus présentés, les petits culs de canard font référence. Mais parfois il ne faut pas hésiter à sortir de gros sedges ou de belles mouches en poils de cervidés… Car c'est bien le charme de ces poissons fantasques : sur certaines sessions où les ombres semblent pris de frénésie et nous gratifient de nombreux gobages, il peut être extrêmement difficile de trouver LA mouche qui va les décider.

peche-ombre-Dordogne
peche-ombre-Dordogne

La pêche en nymphes est aussi très pratiquée pour rechercher l'ombre. Que ce soit en nymphe au fil ou en nymphe à vue par eaux claires. La pêche en noyée peut également donner d'excellents résultats, en permettant de prospecter différentes couches d'eau

Quelque soit la technique mise en œuvre, il faut toujours soigner ses dérives et ses bas de ligne. Thymallus est un poisson méfiant qui sanctionne d'un refus la plupart des dragages. Et les longs bas de ligne en 10 centièmes font souvent la différence…

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...