La pêche au jig, une technique simple pour tous !

La pêche au jig est simple et à la portée de tous. Praticable toute l’année, la technique de base est relativement facile et c’est sans aucun doute celle qui vous permettra de capturer la plus grande diversité d’espèce au cours d’une même sortie, et ainsi de s’amuser grâce à un nombre élevé de prises. 

Souvent et injustement associée à une pêche de débutants ou de « pêcheurs du dimanche », cette technique venant du Japon a considérablement évolué ces dernières années avec l’apparition de matériel spécifique ainsi qu’une gamme de leurres qui s’étoffe de plus en plus et sur laquelle un réel travail de recherche et de développement est fait par les marques. Rappellons que le Jig est un leurre métallique généralement peint muni d’un triple ou d’un assist hook.

Lorsque j’accueille à bord une personne qui n’a pas l’habitude de pêcher, je vais privilégier cette technique pour plusieurs raisons :

  • La première, parce que le matériel est simple à utiliser et certains modèles de jigs que nous verrons plus tard demandent juste à être animés en dandinant ou alors simplement en le remontant de façon linéaire à travers la couche d’eau à l’aide du moulinet.
  • Je privilégie avec des novices la pêche en verticale sur des fonds relativement dégagés plutôt que des techniques comme la traction ou la pêche à la volée dans les courants. Le jig se prête à merveille aux pêches verticales.
  • Enfin, les prises sont souvent nombreuses et diverses, car ce leurre travaille dans toute la couche d’eau.

Pour les pêcheurs plus expérimentés, il est possible de pratiquer cette technique sur tous les secteurs sans exception.

Peche en mer au jig
C’est une technique idéale pour initier les enfants !

Comment choisir ses jigs ?

Le choix des jigs est parfois compliqué lorsque l’on se trouve face au rayon de son détaillant. Heureusement il est là pour vous conseiller, mais je vais vous faire part de ma sélection personnelle. Tout d’abord je distingue : 

  • les jigs à lancer soit du bord ou en bateau.
  • les jigs pour une utilisation verticale.

Dans les 2 cas, la profondeur de pêche est un des paramètres à prendre en compte. Si dans le premier cas j’utilise les jigs à lancer surtout lorsque le poisson est en chasse assez haut dans la colonne d’eau donc avec des grammages pas trop élevés (25 à 40 grammes), dans le second cas je tiens vraiment compte de la profondeur de pêche et du courant. 

Par exemple :

  • dans 20 m d’eau avec peu de courant j’utilise des jigs de 25 à 40 g
  • dans 50 m avec 1 à 2 nœuds de courant j’opte plus pour des grammages entre 100 et 150 g
  • pour les pêches profondes dans le courant comme autour des îles au large de la Bretagne, j’affectionne les modèles entre 200 et 250 g.

Évidement votre ensemble canne/moulinet devra être adapté au poids du jig utilisé.

Peche en mer au jig

Voici une partie de ma sélection de jig allant de 15 à 250 grammes pour une utilisation mixte sur la côte nord Bretagne. Les jigs longs et effilés ont une vitesse de descente élevée, à l’inverse, ceux plus ovales sont plus lents à descendre, mais offre une nage plus planante.

Les petits jigs longs et fins, appelés « casting jigs » s’utilisent surtout en lancer/ramener sur des chasses actives.

Avec quel matériel ?

Pour la pêche au jig en verticale j’utilise 2 ensembles :

  • Un ensemble casting avec une canne assez courte (un blank NFC SJ 606SM de chez Rodhouse) de 1,80 m équipée d’un moulinet casting qui possède une vitesse de récupération élevée et un frein puissant.
  • Une canne spinning de 2,10 m avec un moulinet taille 4000 ou 5000 qui lui aussi à ratio important et un frein puissant. 

Peche en mer au jig

Ce choix est vraiment personnel même si à la longue j’ai une préférence pour l’ensemble casting qui, à mon goût, est plus simple d’utilisation et permet un meilleur contrôle de la descente du leurre

La puissance de ces ensembles devra se situer entre 20 et 80 grammes pour assurer une polyvalence maximum. L’utilisation d’une canne courte permet d’être plus à l’aise lors des animations du leurre.

L’animation du leurre.

C’est sans aucun doute une des techniques qui est la plus simple à mettre en œuvre. L’intérêt du jig en verticale par rapport à un leurre souple tel qu’un gros shad équipé d’une tête plombée, est sa vitesse de descente. C’est d’ailleurs pour cela que je l’utilise exclusivement lors de pêches profondes (80-100 m) avec du courant. Dans de telles conditions d’utilisation, la descente d’un shad est très difficile due à sa forme et son paddle 

La pêche au jig se pratique en verticale et en dérive derrière le bateau. Une fois le leurre au fond :

j’opte pour la technique dite de « l’ascenseur », c’est-à-dire que je remonte de façon continue, plus ou moins rapidement le leurre dans la colonne d’eau. La remontée peut aller jusqu’à mi-profondeur.

j’utilise la technique de la dandine, c’est-à-dire que je décolle le jig du fond par une traction verticale de la canne et j’accompagne le jig a la redescente.

Cette seconde méthode demande d’avoir un œil attentif sur le sondeur afin de limiter la croche au fond. Vous pouvez également équiper vos jigs d’assist Hook. Pour limiter le risque de croche.

Peche en mer au Jig
Si le poisson est présent sur zone, les touches ne se feront pas attendre comme ici en verticale au large de l’ile d’Ouessant.

Peche en mer au Jig

En conclusion, la pêche au jig est simple à mettre en œuvre et peut être pratiquée par tous les pêcheurs débutants comme confirmés. De nombreuses espèces sont ciblées par cette technique (bar, lieu, morue, maquereau, dorade…)

A titre personnel j’utilise surtout le jig Hareng de chez Ragot. Il est disponible en nombreux grammages allant de 25 à 250 grammes et un prix abordable allant de 4,65 € en 25 grammes à 11,50 € pour le modèle le plus lourd en 250 grammes.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...