Forte chaleur, chercher les carnassiers dans le courant.

Petit brochet au leurre en aval d'un barrage © Gauthier Martin

Au beau milieu de l’été les températures élevées et la raréfaction de l’oxygène compliquent la pêche. Mettez toutes les chances de votre côté en cherchant le poisson dans le courant.

Forte chaleur et manque d’oxygène

La pluie n’est pas tombée depuis plusieurs semaines et le soleil brulant fait monter la température dans l’eau. Le phénomène est très simple à comprendre, plus une surface d’eau est petite, plus elles chauffent rapidement. Les petits plans d’eau fermés et peu profond sont donc les plus touchés surtout s’ils sont bien exposés au soleil. Dans ce cas on observe un bloom phytoplanctonique, une explosion d’algue et de micro-organismes favorisée par la chaleur et la lumière du soleil. Elle se manifeste par une coloration verdâtre de l’eau. Cela se produit dans les eaux stagnantes et peu profondes. C’est le signe que les niveaux le taux d’oxygène dissous dans l’eau est très pauvre, s’il y-a des poissons, ils sont en situation de survie et il économise au maximum leur énergie. Tout comme nous, lorsque nous sommes dans une atmosphère trop chaude et pauvre en oxygène, ce n’est pas une situation qui donne envie de s’alimenter, mais plutôt de se rafraichir.

On peut aussi avoir la surprise de croiser un chevesne, ce poisson affectionne le courant

Courant, vent, ombre, chercher le poisson au frais

J’ai déjà pris et vu de belles prises réalisées en plein cagnard dans des eaux qui semblaient mortes, c’est aussi ce qui fait la beauté de la pêche, car dans la nature on trouve toujours des exceptions. Mais en règle générale, on a beaucoup plus de chance de prendre du poisson en cherchant les courants où l’eau est plus fraîche et mieux oxygénée. Nous soufrons plus de la chaleur quand il n’y a pas d’air, le climat nous paraît étouffant. Pour le poisson c’est pareil, il va logiquement privilégier les zones d’ombre et les eaux brassées par le courant ou le vent pour supporter plus facilement la chaleur. Voilà pourquoi il est intéressant de pêcher toutes les zones où les eaux sont agitées, chutes d’eau, barrages, cascades, source, berges sous le vent. Le courant accélère aussi lorsque le fleuve ou la rivière se resserre. Enfin n’oublions pas les petits affluents comme les rivières qui offrent aussi des postes de premiers choix en se jetant dans des eaux plus chaudes. Un peu comme une oasis au milieu du désert ! Alors, faites nager votre leurre dans le courant pour trouver des poissons actifs. Renseignez-vous sur la réglementation avant de pêcher car certaines de ces zones peuvent être classées totalement ou en partie, en réserve interdite à la pêche.

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...