Pêche du silure sous haute surveillance dans le Tarn

Le Tarn est une destination mondialement réputée pour la pêche du silure ! Cette réputation est propice au développement du tourisme pêche dans le département. Le problème est qu’elle encourage aussi le développement de la pêche de nuit qui est illégale en France.

La chasse est ouverte pour l’ONCFS

En septembre 2017, Jean-Christophe Conéjéro capture le plus gros silure jamais pêché ! Un sujet gigantesque de 2,74 m attrapé dans le Petit Rhône ! La nouvelle n’a pas tardé à se répandre et le Tarn est vite devenu un hot spot pour la pêche sportive du silure. Mais certains sont prêts à tout pour essayer de prendre un poisson-trophée, même de pêcher en dehors des horaires légaux.

Ainsi la pêche illégale de nuit se développe depuis quelques années sur cette rivière. Des pêcheurs bravent l’interdiction de la période de pêche légale pour avoir la chance de capturer ce géant lucifuge qui s’alimente surtout la nuit. Pour contrer ce phénomène, les gardes de l’ONCFS organisent des missions de contrôles nocturnes afin de surveiller les berges et verbaliser les contrevenants.

Protéger l’environnement

Le silure est une espèce qui se porte très bien dans le Tarn où il est apparu dans les années 80. La plupart des vrais pêcheurs sportifs le capturent pour la photo et le relâchent immédiatement après. La problématique de la pêche de nuit, c’est qu’elle ne laisse pas répit au milieu. Or la nature est fragile. Si des troupes de pêcheurs envahissent les berges nuit et jour sur un même secteur, l’effet sera forcément néfaste pour l’environnement, aussi bien pour la faune que pour la flore. Même si parfois la tentation est grande, il faut savoir respecter le poisson et son milieu.

Pour rappel, la période de pêche légale débute 30 minutes avant le lever du soleil et se termine 30 minutes après le coucher du soleil.

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...