Pêche en wading, offrez-vous de nouvelles perspectives

Sandre pris le long d'une digue uniquement accessible en waders © Gauthier Martin

Dans cet article, vous allez voir qu’il n’y-a pas forcément besoin d’une embarcation pour pêcher les meilleures zones. Quand on pêche du bord il ne faut pas avoir peur de se mettre à l’eau pour aborder différemment son terrain de jeu et lancer son leurre sur les postes les plus intéressants !

Une pêche ludique à la portée de tous

Même si la pêche embarquée a le vent en poupe, il faut savoir revenir au classique pour apprécier la pêche à sa juste valeur. Quoi de plus agréable que de prendre sa canne et ses leurres et de partir se promener au bord de l’eau. C’est l’essence même de la pêche, mais le seul hic lorsque l’on pêche du bord, c’est l’accès aux postes qui est généralement limitée, plus le secteur est sauvage et plus c’est compliqué. Mais dès que l’on met les pieds dans l’eau les choses sont tout de suite différentes.

Les waders permettent d'accéder à des petits coins de paradis impêchables du bord

Les waders

Pour cela pas besoin d’un gros investissement, on peut trouver des waders à partir de 50 euros, les prix s’envolent vite avec des modèles hauts de gamme, mais ce n’est pas ce que l’on recherche. Car, lorsque l’on pêche en wading, il n’est pas rare de croiser des ronces, des barbelés et autres buissons épineux sur son chemin. Personnellement, je n’utiliserai pas une paire de waders à 200 ou 300 euros pour une pêche itinérante du bord. Il n’est pas rare de devoir passer en force comme un sanglier dans la végétation pour se frayer un chemin ! Les waders en néoprène sont plus robustes que les waders en toile ou en PVC, mais ils sont plus lourds et plus chauds donc moins confortables pour les déplacements.

Si les eaux sont chaudes, un short et une paire de chaussures avec une bonne semelle (vieilles basket, sandales, chaussons néoprène…) font l’affaire.

La sécurité

Bien entendue la pêche en wading n’est possible que sur les bordures peu profondes avec des fonds durs. Attention, il n’est pas question d’aller explorer des zones inconnues en solitaire pour mettre sa vie en danger. Parfois, avec juste 20 cm d’eau, la couche de vase est tellement importante que l’on peut s’enfoncer comme dans des sables mouvants. Même sur les secteurs que l’on connaît bien, la pêche en binôme est plus raisonnable, surtout quand les eaux sont froides !

Pêche de la truite en automne

En cas de chute, les waders peuvent se remplir d’eau et nous faire couler, pour éviter cela il faut mettre une ceinture au niveau de la taille, la plupart des modèles en possède une. Le gilet de sauvetage peu aussi servir en wading, privilégiez les modèles à gaz léger et à déclenchement manuel (déclenchement automatique à proscrire en wading). Les gilets classiques sont plus encombrants, mais ils peuvent faire l’affaire.

 

Le principe

Quand on pêche un poste du bord, l’accès peut être restreint à une petite trouée. Entre la végétation sur les côtés et celle derrière nous, ce n’est pas facile de lancer correctement son leurre. Si la berge n’est pas trop profonde, on peut se mettre à l’eau et s’avancer un peu pour ouvrir son angle de lancer. On peut prospecter les bordures qui sont des postes de premiers choix pour les carnassiers. Si les fonds le permettent on peut longer la berge dans l’eau pour éviter d’avoir à se frayer un chemin à travers la végétation.

Quand le soleil est au rendez-vous on peut observer des zones de hauts fonds qui s’avancent assez loin sur l’eau. On peut se servir de ses plateaux pour marcher sur l’eau et pêcher la cassure. C’est une pêche ludique qui permet d’aller chercher le poisson là où il se cache.

Sur les grands lacs, on peut s'avancer sur les plateaux pour pêcher les cassures

Cette technique donne aussi l’avantage de pouvoir décrocher son leurre quand il s’est accroché dans un obstacle sur la berge ou pas loin du bord. Le fait d’être dans l’eau est aussi plus pratique pour saisir et manipuler ses prises.

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...